samedi 17 octobre 2009

Dénonciation d'un deuxième coup d'Etat

Les accords signés dans le cadre de Maputo I ont vu l'acceptation unanime des quatre chefs de file en s'entendant sur l'ensemble des articles régissant la Transition à Madagascar. Au regard de l'article 42, il y est expréssement stipulé que "la charte de la transition constitue la Loi Constitutionnelle de la Transition". Ravalomanana, Ratsiraka, Zafy et Rajoelina ont conforté l'extrême importance de la charte de par leur adhésion à la charte de valeur en son point 4 exigeant "le respect de la parole donnée". Une loi constitutionnelle ne s'interprète donc pas selon la convenance d'une mouvance mais elle se lit stricto sensu. La charte de Maputo I s'applique dès sa signature comme l'indique l'article 51.

L'article 1 de cette charte dit clairement que "La transition sera neutre, inclusive, pacifique et consensuelle....". Le dictionnaire de la langue française définit le mot "consensuel" comme ce qui est issu d'un consensus entre des personnes. L'Académie Française dit du "Consensus", un accord général établi parmi les membres d'un groupe dans le but de prendre une décision, sans vote préalable, unanime et donc sans opposition.
Andry Nirina Rajoelina s'est auto-proclamé "Président de la Transition" sans avoir respecté la charte qu'il a signé et à l'endroit de laquelle il lui a été demandé, au même titre que Ravalomanana, Zafy et Ratsiraka le "respect de la parole donnée".

Il est clair que si cette charte vaut loi constitutionnelle, l'acte de Rajoelina revient de nouveau à la bafouer et le remet dans une position de prise de pouvoir anti-constitutionnelle.

La nomination de Mangalaza Eugène comme Premier Ministre doit faire l'objet d'une conformité au regard des disposition de la charte de Maputo I, mission à laquelle la HCT est assujettie.

Faut-il le rappeler que les signataires sont quatre personnes et consensus dit sans opposition.

Ce vide institutionnel et juridique rend la nomination de Mangalaza anticonstitutionnelle et va à l'encontre de la charte de Maputo I. A quel moment, les quatres chefs de file se sont entendus de façon consensuelle pour désigner le Président de la Transition ? Chaque Mouvance ne peut pas se substituer à chaque Signataire.

Rajoelina de par tous ces motifs reste dans une situation de putschiste et à deux reprises.

Arrêtons de mener le peuple en bateau en communiquant à son endroit toute une panoplie de désinformation et de manipulation.

Vyvato Rakotovao.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

 
http://www.nivapas.com Annuaire
nivapas