samedi 28 février 2009

Manifestations, place du 13 mai (février 2009) en photo














TALKING NOTES FOR POST COUNCIL MEDIA BRIEFING BY HON. DR. NKOSAZANA DLAMINI-ZUMA MINISTER OF FOREIGN AFFAIRS OF THE REPUBLIC OF SOUTH AFRICA AND CHAIR

Madagascar
Following a brief by the Prime Minister of Madagascar to the SADC Ministerial Committee of the Organ (MCO) Troika in Addis Ababa, Ethiopia on February 02, 2009, the Chairperson of the SADC Organ on Politics, Defence and Security Cooperation, H.M. King Mswati III of Swaziland fielded an assessment mission to Madagascar. The first mission was undertaken by SADC Executive Secretary, Dr. Tomaz Augusto Salomão on February 06 – 08, 2009 where he held consultations with H. E. Mr. Marc Ravalomanana, the President of Madagascar, Prime Minister and other stakeholders.

The second assessment mission from February 14 – 21, 2009 was led by MCO Chairperson Hon. Lufto Dlamini, Minister of Foreign Affairs of the Kingdom of Swaziland. This mission held consultations with all stakeholders, namely, the Government, diplomatic missions, civil society and representatives of churches in Madagascar as well as the former Mayor of Antananarivo, Mr. Andry Rajoelina.

After this mission, the President and the Mayor held several meetings that temporarily calmed the situation in Madagascar. However, the breakdown in the negotiations a few days ago render the situation unpredictable and requires close monitoring by all stakeholders in the region and the international Community at large.

Council during this sitting deliberated on the security and political situation in Madagascar and resolved that:

(a) SADC supports the current dialogue process in Madagascar and
urges all parties to the negotiations to remain committed to the process until a peaceful solution has been found;

(b) SADC urges all parties to the dialogue to respect rule of law and
refrain from the use of violence in resolving their differences;

(c) SADC regrets the loss of lives, injuries and damage to property;

(d) SADC urges all parties to respect the democratic principles and values in Madagascar.

(e) SADC will not entertain illegal removal of the legitimate Government from power; and

(f) SADC will provide assistance to Madagascar in terms of training of the security forces and antiriot equipment.

source: Présidence de la République de Madagascar

Manifestation, place du 13 mai (28/02/2009)


Près de 2500 personnes se sont réunies sur la place du 13 mai ce jour lors de la manifestation organisée par le mouvement TGV. La circulation à Analakely a été coupée par les pro – TGV, des bennes à ordures ont été installées le long des accès de la voie. Andry RAJOELINA dans son discours a déclaré que les manifestations vont reprendre lundi et ne s’arrêteront que jusqu’à exécution des revendications des manifestants qui est la mise en place d’un régime de transition.

Infos Région - 28/02/2009

AMORON'I MANIA :
Des opposants avaient eu l’intention de faire une manifestation le jour d’aujourd’hui mais ont décidé de s’abstenir. Ils attendent de voir la suite de la manifestation sur la place du 13 Mai à Tana aujourd’hui

BOENY :
Un grand reboisement a été organisé dans la région

HAUTE MATSIATRA (27 février):
Un affrontement a eu lieu hier entre les mouvements d’opposition et les forces de l’ordre au cours d’une manifestation sur la place de la démocratie. Des manifestants ont lancé des pierres sur les militaires et ces derniers ont répliqué; bilan : 1 mort (c’était un gardien) et 10 blessés parmi les manifestants.

Le camp de M. Rajoelina appelle à une grève générale lundi

ANTANANARIVO (AFP) — Le camp de l'opposant malgache Andry Rajoelina a appelé samedi à une grève générale nationale à compter de lundi au terme d'une semaine marquée par le blocage des discussions de sortie de crise avec le président Marc Ravalomanana.

"Malgré les difficultés, nous sommes toujours prêts à nous relever. Lundi, ce sera la grève générale", a lancé à la tribune le maire destitué de la capitale devant environ 5.000 partisans réunis sur la place du 13-Mai, au coeur d'Antananarivo, a constaté un journaliste de l'AFP.

"A partir de lundi, on programme une grève générale. Il faut que tout le pays soit bloqué pendant quelques jours. Il faut faire des sacrifices, il faut que nous soyons entendus à travers le monde", a précisé à l'AFP Roland Ratsiraka, le neveu de l?ancien président, Didier Ratsiraka.

Aucune force de l'ordre n'était visible sur la place dont l'un des accès avait été coupé à la circulation par des bennes à ordures installées par les "pro-TGV", le surnom donné à M. Rajoelina par ses partisans.

La foule, moins nombreuse que lors de précédents rassemblements organisés au même endroit un samedi, s'est dispersée dans le calme.

Ce retour sur la place du 13-Mai vient consacrer l'échec d'un premier round de discussions directes entamées le 21 février entre M. Rajoelina, 34 ans, et le président Ravalomanana.

M. Rajoelina avait annoncé mercredi soir la rupture des discussions avec le chef de l'Etat, absent mercredi d'un quatrième rendez-vous prévu entre les deux adversaires depuis le début, mi-décembre, de la crise politique ouverte.

M. Ravalomanana avait justifié cette absence par "une sécurité compromise" en raison de la présence d'une délégation adverse plus nombreuse que convenu.

Cependant le sous-secrétaire général de l'ONU chargé des affaires politiques, Haïlé Menkerios, a affirmé vendredi à Antananarivo que M. Rajoelina avait "re-confirmé son engagement à poursuivre les négociations".

"Bien sûr, il a ses idées sur comment cela doit se faire. Ce n'est pas à nous de décider", avait ajouté M. Menkerios.

"Il faudrait d'abord un respect des préalables (aux négociations), pouvoir s'exprimer sur la RNM (Radio nationale publique), libérer les prisonniers politiques et arrêter les tirs sur la foule pacifique", avait précisé une source de l'entourage de "TGV".

Un conflit larvé entre MM. Ravalomanana et Rajoelina s'est transformé en crise ouverte mi-décembre, à la suite de la fermeture par les autorités de la télévision du maire.

Depuis, M. Rajoelina, qui a été destitué par le gouvernement de son poste de maire le 3 février, a multiplié les manifestations à Antananarivo et pris la tête d'une "Haute autorité de transition" censée, aux yeux de l'opposition, remplacer le pouvoir en place. Il s'est également autoproclamé en charge des affaires du pays.

Au total, une centaine de personnes sont mortes à Madagascar depuis le 26 janvier dans les violences qui ont émaillé ce conflit.

Vingt-huit d'entre elles ont été abattues le 7 février par la garde présidentielle qui avait tiré sans sommation, dissimulée dans un palais abritant le bureau du président dans la capitale, sur une foule de partisans de M. Rajoelina.

Le maire destitué s'est fait le porte-voix des frustrations de nombreux Malgaches durement touchés par la hausse des prix. Il a également porté sur la place publique leur ressentiment contre M. Ravalomanana décrit comme coupé de la population et affairiste.

AFP | http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iX2yJBrGQX8PxIndGeNmf7xpTzLQ

vendredi 27 février 2009

Analamanga - 27/02/2009

Aucune manifestation n’a été tenue à Antananarivo. Les gens ont vaqué à leur occupation quotidienne.

Le mouvement TGV organise une grève pour demain.

Haile Menkerios, émissaire des Nations Unies, et Monseigneur Odon Razanakolona se sont rencontrés ce jour

Selon le président du FFKM, Monsieur Menkerios était venu pour parler de la situation qui prévaut dans le pays et lui demander les raisons de son retrait de la table de négociation et d’accepter de continuer la médiation. Il a répondu qu’il est prêt à revenir sur la table des négociations mais pose certaines conditions, que chacun assume sa responsabilité et tienne parole.

Haile Menkerios a demandé aux membres du FFKM, qui étaient tous présents à Antanimena durant la rencontre, d’assumer leur responsabilité. Personnellement il se dit confiant, les solutions de sortie de crise devraient émerger d’ici une semaine selon lui. Il a par exemple proposé la mise en place d’un nouveau gouvernement qui garanti la souveraineté et la solidarité nationale. Le Secrétaire Général des Nations Unies va envoyer un expert qui arrivera mercredi prochain selon Menkerios.

Affrontements entre l’Emmonat et quelques manifestants (26/02/2009)

Les affrontements entre l’Emmonat et quelques manifestants se sont poursuivis dans plusieurs quartiers de la capitale après la dispersion de Mahamasina.
Une partie des manifestants a poursuivi leur mouvement de contestation à Anosibe en jetant des pierres sur des éléments de l’EMMONAT. Ces derniers ont riposté à l’aide de grenade lacrymogène et de grenade assourdissant pour faire disperser les groupes. Une dizaine de personne a été blessée, 9 personnes ont été arrêtées, les infrastructures de la RN1 ont subit des dégâts assez significatif. En effet, les casseurs ont démantelés les pierres des rebords de route d’Anosibe pour les jeter sur les forces de l’ordre. L’affrontement s’est poursuivi jusqu’à 19h30.

Une autre partie s’était dirigée vers Ampefiloha et a voulu mettre le feu à une station d’essence. Celle – ci a été maîtrisé rapidement. Quelques voitures ont par ailleurs été victimes de pillage.

L’émissaire des Nations Unies a rencontré hier dans la soirée Andry Rajoelina

D’après Haile Menkerios, les deux parties ont reconfirmé leur engagement afin de trouver une solution pacifique à la crise. Andry Rajoelina a avancé que la transition et une élection anticipée sont les seules issues à la crise.
Des partis politiques de l’opposition sont venus à Ambatobe hier, au domicile de Andry Rajoelina, pour lui manifester leur soutien.

Nouvelle donne politique à suivre

Le marasme politique actuel prend un virage, à entendre les nouvelles d’hier, 23 février 2009. On va assister effectivement à partir de ce mercredi 24 février à une nouvelle donne politique.
Cela à la suite de la décision de l’opposition de prendre en main la manivelle de cette lutte, d’après « city news » de la RTA hier, 24 février 2009.
 
Des questions surgissent face à une telle  « décision ».
 
D’abord, Andry RAJOELINA a été le porte-parole de l’opposition, autant que tout le monde le sache, depuis le début de cette manifestation. On sait pertinemment que les partis dans la plate-forme de l’opposition sont derrière lui. Alors, n’est-il plus crédible maintenant ? Et qui va le remplacer ? Très intéressant de le savoir.
 
Ensuite, le dialogue entre Andry RAJOELINA et Marc RAVALOMANANA continuent. Les membres du FFKM ne ménagent pas leurs efforts pour en assurer la médiation. Et au rythme où vont ces pourparlers, une lueur d’espoir profile sur l’horizon de la politique à Madagascar. Beaucoup espèrent un retour au calme et une solution viable pour que la population malagasy, surtout antananarivienne, puisse vaquer sans crainte à ses préoccupations quotidiennes. Du côté relations internationales, beaucoup de pays amis, des partenaires financiers et des organismes internationaux saluent cette décision des « deux » de se rencontrer ainsi que l’initiative du FFKM. Eu égard à tout cela, cette décision tardive de l’opposition d’entrer en scène, connote ce qu’on appelle communément « politique politicienne ». Ces « chefs-cachés » de l’opposition sautent sur le train en marche. Pourquoi cet opportunisme? Pour quel intérêt ?
 
Par ailleurs, il est temps que ces personnes de l’opposition se montrent et se prononcent publiquement sur la place du 13 mai. On verra bien. On les entendra bien. On sera attentif à leur nouvelle stratégie. 
 
Enfin, ces « chefs-cachés » opportunistes, qu’est-ce qu’ils vont réclamer ? La démocratie ? Les partis politiques dirigés par Manadafy RAKOTONIRINA, lors de leur rencontre avec le Président RAVALOMANANA, ont déjà proposé la tenue d’une Concertation nationale pour l’assise de la démocratie à Madagascar.  Et c’est à raison car cela fait 62 ans qu’on en parle, depuis la naissance du MDRM, le 29 mars 1947. Et voilà, nous sommes encore au moment du balbutiement. Cette éventuelle concertation concernera tous les partis politiques sans exception. Cela ne les satisfait-il pas ? Ou bien vont-il s’y opposer pour contenter leur esprit d’opposition ?
 
Bref, on s’attend à une scission au sein de l’opposition. Une partie pour Andry RAJOELINA, l’autre partie pour « quelqu’un d’autre ». Cette supposition tient au fait que ces partis de l’opposition sont connus par leur mésentente au moment décisif du pays. Il suffit de jeter un coup d’œil sur les deux dernières élections présidentielles  pour s’en convaincre. Histoire de dire que l’opposition voit d’un œil louche cette rencontre entre Marc RAVALOMANANA et Andry RAJOELINA. C’est clair car cette prise en main tardive  de la lutte traduit une certaine méfiance à l’égard de celui qui s’y est tout donné jusque-là..
 
C’est mon opinion. Demain en dira plus.

Sortie de crise : Principes de base pour les négociations entre les parties

Avant propos

Les conditionnalités si l’on veut revenir à une transition politique :


A- MARC RAVALOMANANA reste LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

son départ n’est pas négociable , il a été élu en 2006 avec 54,,6% des suffrages ,il est le garant de la légalité et de la constitutionnalité dans cette démarche , le contexte de 2002 ne doit plus être pris en compte pour démontrer qu’il a pris le pouvoir dans le rue


B- Refonder les mécanismes de représentation plus conformes aux principes démocratiques :

pluralisme, élections libres, liberté d’association et des médias, Etat de Droit, Respect des droits de l’Homme, participation des citoyens et tout ce qui concerne la bonne gouvernance démocratique et ce selon les aspirations et revendications du peuple pour un réel changement face aux défis de la Mondialisation et de la Récession économique Internationale

La démocratie , ce n’ est pas uniquement , l’addition des suffrages , c’est aussi l’exercice du pouvoir à travers les élus et le fonctionnement des institutions

La démocratie est la fille de la raison et de la lumière :
  • Elle implique à la fois de nouvelles réflexions en permanence , de la prospective sur l’avenir de l’humanité mais aussi l’éveil des consciences avec les religieux ( l’homme est à la mesure de toute chose , )exit donc sa suprématie sans appel des dieux ,
  • la politique peut légiférer , changer le cours des choses

CONSTAT


Critiques contre les pratiques du Régime RAVALOMANANA

- quels que soient les motifs et raisons qui ont conduit les manifestants à Ambohitsorohitra, rien ne justifie ce carnage qui coûté la vie à de nombreux compatriotes, on ne peut que condamner de tels actes de barbarie tout en reconnaissant que la responsabilité est tout autant partagée par les 2 camps , l’enquête indépendante demandée par l’ONU et acceptée par le Président Ravalomanana le 14 février en déterminera les causes

- La répression n’est pas une bonne réponse à toute revendication politique et sociale

- La pratiques de l’achat des votes qui a dénaturé les élections récentes ( législatives et communales )

- La fraude légale : par le découpage inégalitaire des circonscriptions ou par d’habiles subtilités du mode de scrutin et la manipulation des listes électorales

- Interdiction pour l’opposition de tenir des réunions politiques par les autorités administratives ( Préfet de Police ou Chefs de Districts etc….) en contradiction avec la constitution

- Monopole du Parti Majoritaire ( TIAKO MADAGASCAR ) des Médias Publics , les partis d’opposition représentatifs et capables de donner la réplique au point de vue projet de société et critique du programme gouvernemental comme ceux de Roland Ratsiraka (10,5%) , Lahiniriko (12,5%) , feu Herizo Razafimahaleo( +9,8%) soit + de 30%des voix obtenues aux présidentielles de décembre 2006( seules élections de référence ou les fraudes ont été+ ou - tolérées ) , n’ont jamais eu accès à la télévision d’Etat et à la Radio Nationale

- L’achat d’un nouvel aéronef alors que le peuple croupit dans la pauvreté et la non transparence dans le traitement de l’affaire Daewoo même s’il y a eu de bonnes intentions si le Parlement avait joué son rôle de représentant du peuple , la situation actuelle aurait pu être évitée

- Dérives constitutionnelles en matière des finances publiques du gouvernement Sylla dont le Ministre des finances a été Radavidson Andriamparany ,( réquisitions , exonérations de taxes , dépassement du cadre budgétaire .gabegie dans les sociétés d’Assurance ARO et NY HAVANA ou la JIRAMA , dans les secteurs portuaires , des bois précieux etc…), les révélations déjà connues de initiés du pseudo Ministre des Finances du 13 mai confirment bien cette situation mais est ce uniquement le Groupe Tiko qui a fait l’objet d’une telle faveur ? , car la liste risque d’être longue
L’AMPAMAOKA ou déballage est un jeu à la roulette russe , dangereux et qui ris que de se retourner contre son auteur , le déballage est un poison dans la pratique politique , les informations sont difficilement vérifiables et ne cadrent pas souvent avec les réalités du moment,

l’histoire doit inlassablement établir les faits , les replacer dans un contexte ,dans un environnement qui les a produits , en hiérarchiser son importance en comprendre la portée , c’est d’abord un préalable à toute tentative de connaissance du passé ainsi le fameux paradigme ‘’ toute faute de gestion dans le service public est justifié
- Le non respect de la concurrence avec attribution de monopole aux groupes de sociétés appartenant au Président de La république ainsi qu’à ses alliés dans l’approvisionnement des denrées alimentaires , dans la fourniture des médicaments , des intrants agricoles, et de l’énergie ,la crise actuelle a démontré ses limites après le pillage des centrales d’achat qui ont entraîné des pénuries et une inflation des produits de première nécessité

Reproches et Griefs contre le mouvement de Andry Rajoelina

Confusion des rôles au départ entre les Fonctions de Maire , Président Directeur Général du Groupe Injet et du Leader de son Association TGV pour mener des revendications politiques , les intérets privés se sont entremêlés avec la chose publique , ce qui a valu la similitude de comportement avec le Président Ravalomanana , cette situation a conduit à une instabilité des revendications qui changent au fil des meetings et qui rendent difficile toute tentative de dialogue

Il y a donc un manque manifeste de maturité et de culture politique qui minent son mouvement qui galvaude des slogans’’ démocratie et défense des libertés publiques ‘’sans que l’on ne maîtrise ni la notion , ni la signification et sans qu’il n’ y ait ni de fond idéologique , ni de concepts et arguments en 2009 qui cadrent avec la réalité mondiale , ni d’ébauche d’un projet de société en réponse aux critiques sur la gabegie dans la gestion des affaires publiques , ceux là auraient justifié une insurrection démocratique et une rébellion citoyenne que l’on pouvait qualifier de sursaut populaire

les cadres et intellectuels malgaches en sont réduits au rang d’observateurs face à cette dialectique ou le paraître, le nombrilisme ,le protectionnisme( qui effraie les investisseurs étrangers) en sont les ingrédients nécessaires pour convaincre une population en désarroi qui ne veut qu’améliorer son bien être et participer au développement de son pays

Le souhait de la population c’est de trouver les moyens et actions pour aboutir à une alternance douce dans la démocratie, à un retour des valeurs républicaines
ou une transition nous prépare à un avenir équitable tout en espérant que ,
  • la politique reprendra ses le lettres de noblesse
  • pour le prochain mandat présidentiel ;
  • on n’aura plus des hommes d’affaires pour s’immiscer dans la représentation nationale pour éviter les dérives que le peuple endure actuellement ou les intérets supérieurs de la Nation sont occultés au profits des intérets privés à tous les niveaux et éviter ainsi toute confusion entre les affaires publiques et la poche des opérateurs devenus par enchantement politiciens grâce à l’argent

SOLUTIONS

A- UNE structure de Transition comprenant un gouvernement d’Union Nationale qui aura pour mission d’ organiser des élections et redresser notre économie en toute sérénité et ce dans un environnement exceptionnel à savoir :

  • Faire de l’organisation d’élections transparentes et démocratiques, un critère prioritaire dans l’attribution d’aide publique au développement ; adopter une attitude plus exigeante à l’égard d u gouvernement organisateur
  • Soutenir résolument au sein de la société civile, les organismes pro démocratie, notamment lors des rendez vous électoraux, favoriser la formation des observateurs électoraux nationaux
  • Condamner publiquement et n’apporter aucun concours aux missions d’observation internationale de complaisance , y compris quand elles impliquent des élus français ; favoriser la mise en place des missions européennes présidées par des personnalités dont les pays n’ont pas d’intérets économiques dans l’Etat Concerné
  • refondre un nouveau code électoral et mise en place d’une commission nationale électorale indépendante et adoption du bulletin unique par voie d’ordonnance
  • Convoquer une conférence des partis politiques sur le thème de la réconciliation nationale et de la révision de certains articles de la constitution

B- Modalités et critères de nomination des membres du gouvernement et mise en application immédiate

Le Premier Ministre ainsi que les nommés doivent faire le serment qu’ils ne participeront pas à la future élection Présidentielle et ne doivent faire partie d’aucun comité de soutien ce afin d’assurer leur totale indépendance

Pour conserver la légalité de la démarche, le Premier Ministre (civil ou militaire) sera désigné par le Président de la République ( PRM) avec les pleins pouvoirs votés par le parlement à la majorité absolue, cette institution se dissoudra d’elle-même après et remplacée par une haute autorité de Transition dénommée (Haut Conseil de La République )qui aura pour rôle de ratifier la légalité des ordonnances prises par le gouvernement de transition

Les postes Ministériels seront attribués parmi les entités suivantes :
  • les partisans de l’actuel PRM et de la mouvance présidentielle
  • les partisans du MAIRE et de la plate forme de l’opposition
  • Les forces armées pour garantir la paix et la sécurité des citoyens
  • la société civile pour assurer la sincérité des élections et la paix sociale
B .1 - Les critères de nomination seront les suivantes :

- Avoir un sens aigu du patriotisme et de l’intérêt général
- Etre diplômé de l’enseignement supérieur , technocrate rompu aux arcanes de l’administration publique et avoir un minimum de connaissance dans les finances publiques
- Ne jamais avoir eu des incidents de parcours dans le cheminement de sa carrière (condamnation pénale ou autres…….)
- être doté d’une culture politique, d’une éthique morale et d’une intégrité sans faille

B.2 - Les Institutions seront composées comme suit :
  • Le Président de la République
  • Le Haut Conseil de la République dirigé par une Eminente Personnalité désignée par l’opposition et Le Maire Rajoelinea et non originaire d’Antananarivo afin de respecter l’équilibre régionale
  • Le Gouvernement d’Union Nationale
  • La haute cour constitutionnelle
  • Le médiateur
  • les chambres consulaires et Syndicales représentatives (, commerce, de l’industrie , de l’artisanat , de l’agriculture) en tant que Conseil Economique et Social
Le rôle les prérogatives les pouvoirs de ces différentes institutions seront définis par une convention Nationale approuvée par les 2 chambres (Assemblée Nationale et Sénat) avant leur dissolution dès sa mise en application

Les budgets afférents à ces 2 chambres dissoutes seront réaffectées au Haut conseil de la République et répartis équitablement à des secteurs jugés prioritaires par le gouvernement de Transition

DUREE

Une période de 12 à 24 mois sera octroyée à cette transition pour redémarrer l’économie et ,respecter :
  • La tenue des Sommets internationaux ( Union Africaine et Francophonie )
  • Les engagements pris dans le MAP selon la feuille de route , la matrice , les différents accords convenues avec les bailleurs de fonds et partenaires financiers de Madagascar
  • le calendrier légal et constitutionnel pour l’organisation de nouvelles élections et l’entrée en vigueur d’un nouveau mandat présidentiel en 2012


Pour le Collectifs des cadres et intellectuels
Membres de l’Association ‘’Les enfants de la 1ère République
Le Secrétaire Général
Franck Ramarosaona
Politologue, Economiste

Conseil des Ministres du 26 février 2009

Un Conseil des Ministres dirigé par le Président de la République Marc Ravalomanana s’est tenu au Palais d’Etat d’Iavoloha le jeudi 26 Février 2009 à partir de 8 heures 30.

Au cours de ce Conseil, le Président de la République a fait part aux Membres du Gouvernement du déroulement des négociations.

Par ailleurs, il a donné des instructions pour la poursuite du rétablissement de la sécurité publique et le fonctionnement de l’Administration ainsi que la continuation des actions de développement tant sur le plan économique que social en vue de l’amélioration de la vie quotidienne de la population.

Dans le cadre de ce Conseil, les nominations aux hauts emplois de l’Etat ci-après ont été adoptées :

Au titre du Ministère de la Défense Nationale :

-Décret abrogeant le décret n°2008-856 du 11 septembre 2008 et portant nomination du Colonel RAMIANDRISOA Théodore, Commandant la Circonscription Régionale de la Gendarmerie Nationale de Mahajanga.

Décret abrogeant le décret n°2009-138 du 29 janvier 2009 portant nomination de l’Officier Coordonnateur Général au sein du Commandement de la Gendarmerie Nationale.

Au titre du Ministère des Travaux Publics et de la Météorologie :

-Décret abrogeant le décret n°2007-338 du 30 avril 2007 et portant nomination de M.RABEMIARINAIVO Alfred, Secrétaire Général du Ministère des Travaux Publics et de la Météorologie.

-Décret abrogeant le décret n°2005-166 du 4 avril 2005 portant nomination du Directeur des Ressources Humaines au Ministère des Travaux Publics et de la Météorologie.

- Décret abrogeant le décret n°2007-1049 du 24 novembre 2007 portant nomination du Directeur de la Planification et de la Programmation des Investissements.

- Décret abrogeant le décret n°2006-582 du 10 Août 2006 portant nomination du Directeur de l’Entretien Routier.

Au titre du Ministère de la Fonction Publique, du Travail et des Lois Sociales :

Décret abrogeant le décret n°2007-384 du 7 mai 2007 et portant nomination de M.RANDRIAMANANASIMBOLOLONIRINA Barthélemy d’Albia, Directeur Général de la Fonction Publique au Ministère de la Fonction Publique, du Travail et des Lois Sociales.

Le Ministre des Télécommunications, des Postes et de la Communication.
Porte Parole du Gouvernement
Bruno ANDRIANTAVISON
.

jeudi 26 février 2009

Le Président de la République présent au « Hintsy » cet après midi




Le Président de la République, Marc Ravalomanana - avec la délégation composée du Président de l’Assemblée nationale, Jacques Sylla, du Sénateur Nöel Rakotondramboa, et du Ministre de l’Economie, de l’Industrie, et du Commerce, Ivohasina Razafimahefa - a été présent cet après-midi du jeudi 26 février 2009, au « Le Hintsy », Ambohimanambola, en vue du dialogue organisé par le FFKM. L’Assistant chargé des Affaires politiques du Secrétaire Général des Nations Unies, Hailé Menkeiros, et les dirigeants du FFKM (hormis le Mgr Odon Razanakolona) ont été présents sur les lieux.

A la sortie, le Président de la République, Marc Ravalomanana, a répondu aux questions des journalistes. Il a notamment expliqué les raisons de son absence la veille au dialogue en soulignant que « le Président de l’Assemblée nationale, Jacques Sylla, l’avait informé, alors qu’il était encore à Toamasina, sur le fait que la délégation de M. Andry Rajoelina était composée de plusieurs personnes, une situation non prévue qui risquait de compromettre les conditions de sécurité ».

Le Chef de l’Etat, interrogé sur le retrait du Mgr Odon Marie Razanakolona, a déclaré : « Il l’avait fait en son nom personnel, le Monseigneur reste au sein du FFKM et je l’encourage devant la situation ». En ce qui concerne l’absence de M. Andry Rajoelina, le Président Marc Ravalomanana a indiqué que « cela dépendait de sa volonté et de ses actions ». « J’espère que pour la prochaine fois, il viendrait », a ajouté le Chef de l’Etat.
Sur d’autres points, le Président de la République a répondu aux journalistes qu’il « appartenait au FFKM de faire des déclarations, comme convenu ».
Pour sa part, M. Hailé Menkeiros, a déclaré : « il faut aider les deux parties à normaliser la situation », dont la recherche de « solution à long terme ».

Source : www.presidency.gov.mg

FFKM remercie les nations unies

Face à la presse, le pasteur Samuel John du FFKM a déclaré que le FFKM remercie les nations unies de leur volonté à soutenir la recherche de solution. La venue des 3 chefs d’Eglises FFKM ne relèvent pas de leur seul désir, une rencontre a été effectuée avec le bureau central et les branches du FFKM. Monseigneur Odon Razanakolona reste le président du FFKM. Quand à la décision de Andry Rajoelina à ne plus participer à la rencontre, le FFKM espère que ce ne sera qu’une décision provisoire. Le dialogue seul peut nous sortir de cette crise a déclaré le FFKM.

Toujours répondant aux questions des journalistes, le pasteur Samuel John, concernant l’absence du Président à la rencontre hier a déclaré que le Président s’était expliqué. Quand aux déclarations selon quoi le FFKM penche pour l’une des parties dépend de l’interprétation que chacun donne de ce qu’est prendre partie a – t – il avancé. Le FFKM fait ce qu’il peut actuellement selon ses compétences.

Manifestation tgv - Mahamasina 26 février 2009

A la suite d’une annonce des Tgv hier d’organiser un sit – in à Mahamasina, des groupes de personnes se sont réunis aux alentours du stade de Mahamasina ce matin. Une sonorisation a été installée devant le stade, malgré le marché qui tient lieu chaque jeudi, l’animateur pressant les marchands de ranger leurs étals et de partir. Sous la peur et cette menace, les commerçants ont commencé à quitter les lieux.
Vers midi, des éléments de l’EMMO REG ont dispersé la foule à l’aide de grenades assourdissantes et de grenades lacrymogènes.

Vers 12h50, des individus ont pénétré de force dans le commissariat de la police à Mahamasina mais les éléments de l’EMMO REG les y ont délogé.

Infos régions - 26 février 2009

ATSIMO ATSINANANA
Demande d’autorisation de manifester (opposants) rejetée par le Chef de Région.

La région est actuellement en train de se préparer pour la célébration de la date de 8 Mars.

VATOVAVY FITOVINANY
L’opposition se divise actuellement en trois :
- Les pro-Andry TGV
- Les Arema
- Les pro-Zafy Albert.

BOENY
Les membres de l’OMC font une réunion aujourd’hui

Madagascar: rassemblement de l'opposition dispersé, la crise dans l'impasse

ANTANANARIVO (AFP) — Les partisans du maire destitué d'Antananarivo Andry Rajoelina ont repris leurs rassemblements jeudi, signe du retour au blocage politique à Madagascar après l'annonce par M. Rajoelina de la rupture des pourparlers avec le président Marc Ravalomanana.

Les forces de l'ordre ont dispersé jeudi à la mi-journée à Antananarivo environ 3.000 partisans de M. Rajoelina rassemblés près du stade municipal de Mahamasina, qui abrite les bureaux du maire de la capitale.
Plusieurs dizaines de policiers et gendarmes ont fait usage de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogènes, à trois reprises, contre des partisans de l'opposant qui n'était pas encore arrivé sur les lieux, a constaté un correspondant de l'AFP.

Cette intervention des forces de l'ordre pourrait marquer un changement d'attitude des autorités malgaches qui jusqu'à présent avaient laissé se dérouler la quasi-totalité des rassemblements du maire devant le stade ou sur la place du 13-Mai, lieu historique de la contestation politique malgache.
Les forces de l'ordre n'étaient intervenues que pour empêcher la prise de ministères. La garde présidentielle, un corps distinct prenant ses ordres directement à la présidence, avait abattu le 7 février 28 manifestants qui marchaient sur les bureaux de la présidence dans la capitale.
Au total, une centaine de personnes sont mortes à Madagascar depuis le 26 janvier dans les violences qui ont émaillé ce conflit.

M. Rajoelina, 34 ans, avait annoncé mercredi soir la rupture des discussions avec le président Ravalomanana, absent mercredi d'un quatrième rendez-vous prévu entre les deux adversaires depuis le début mi-décembre de la crise politique ouverte.
"A partir de maintenant, moi qui dirige cette lutte, je ne participerai plus à ces négociations. Personnellement, je n'y trouve plus d'intérêt", avait déclaré à la presse M. Rajoelina, surnommé Andry "TGV" par ses partisans pour son caractère fonceur.

Le chef de l'Etat, qui se trouvait en province dans la journée, ne s'est pas rendu à ce quatrième rendez-vous, les trois autres ayant été infructueux de l'aveu même du président en exercice de l'influent Conseil chrétien des églises à Madagascar (FFKM), Mgr Odon Razanakolona, médiateur dans la crise.

"Durant les trois rencontres, rien n'a avancé. C'est le blocage total (...) Je me retire de la médiation. Les Nations unies nous avaient demandé de conduire la médiation. Je demande aux Nations unies de prendre les dispositions nécessaires", a commenté Mgr Razanakolona.

"C'est un peu l'impasse. On ne sait pas du tout où on va. L'archevêque (Razanakolona) s'est désisté. C'était la seule personnalité capable de se faire respecter" des deux camps, a estimé à l'AFP le constitutionnaliste Jean-Eric Rakotoharisoa.
Un conflit larvé entre MM. Ravalomanana et Rajoelina s'est transformé en crise ouverte mi-décembre, à la suite de la fermeture par les autorités de la télévision du maire.

Depuis, M. Rajoelina a multiplié les manifestations à Antananarivo et pris la tête d'une "Haute Autorité de transition" censée aux yeux de l'opposition remplacer le pouvoir en place. Il s'est également autoproclamé en charge des affaires du pays.
M. Rajoelina s'est fait le porte-voix des frustrations de nombreux Malgaches durement touchés par la hausse des prix. Il a également porté sur la place publique leur ressentiment contre M. Ravalomanana décrit comme coupé de la population et affairiste.

AFP

L'ONU dépêche son émissaire à Madagascar

JOHANNESBOURG — L'émissaire de l'ONU Haile Menkerios, qui accompagnait le secrétaire général Ban Ki-moon dans sa tournée africaine, a été dépêché à Madagascar de manière impromptue jeudi.
Deux ministres du gouvernement malgache sont venus réclamer leur aide aux responsables onusiens, alors qu'ils s'apprêtaient à quitter l'Afrique du Sud pour la Tanzanie.

Le chef de la diplomatie malgache Marcel Ranjeva et son collègue de l'Economie Ivohasina Razafimahefa ont rencontré Ban Ki-moon pendant environ 20 minutes jeudi dans un des salons VIP de l'aéroport, une rencontre organisée la veille par téléphone avec l'Ethiopien Haile Menkerios, secrétaire général adjoint chargé des affaires politiques, et émissaire de l'ONU dans la crise malgache.

Juste avant de partir pour la Grande Ile, Menkerios a précisé s'attendre à y passer au moins une semaine. Antananarivo veut également voir revenir dans le jeu les médiateurs des églises, qui ont jeté l'éponge à cause du blocage de la situation, a-t-il ajouté.

Le chef de l'opposition Andry Rajoelina a accusé le président Marc Ravalomanana d'être de mauvaise foi, le président n'étant pas venu mercredi à une réunion prévue.

Rajoelina a accusé le président de ne pas avoir donné suite à sa promesse de libérer des opposants détenus et d'arrêter la propagande anti-opposition.

Selon le ministre de la police Tsehenoarisoa Rabenja, Ravalomanana a renoncé à venir mercredi, à cause d'inquiétudes pour la sécurité. Un millier d'opposants ont défilé à Antananarivo, dispersés par la police, mais sans que l'on fasse état de blessés.

La Presse Canadienne - JOHANNESBOURG

l’Archevêque Odon Razanakolona et Andry Rajoelina

Retrait de l’Archevêque Odon Razanakolona dans le camp des médiateurs de la rencontre entre le Président Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina (25 février 2009). Une annonce a été faite hier soir dans ce sens par le Président du FFKM qui demande aux nations unies de prendre le relais.

Andry Rajoelina a annoncé dans la soirée du mercredi qu’il va rompre toute discussion avec le Président Marc Ravalomanana.

Infos Régions

ATSIMO ANDREFANA
Les Opposants, ayant cru que le président de la république Marc Ravalomanana allait débarquer à Tuléar hier soir (25/02/09), ont rameuté leurs partisans pour se rendre à l’aéroport afin de s’y opposer. Mais comme le Président n’était pas venu, ils ont alors détruit et pillé une boutique locale. Les forces de l’ordre ont répliqué et ont arrêté une vingtaine de personnes. La situation est maintenant maîtrisée et la région est calme ce matin.

BOENY
COMMUNIQUE ( 25/02/09 par la région Boeny)

Passage du Président de la République Marc Ravalomanana dans la capitale du Boeny.

Le Président de la République Marc Ravalomanana accompagné du Ministre de la Défense, le Vice-Amiral Ranaivoniarivo, le Chef d’Etat Major de la Gendarmerie Nationale, le Général de Brigade Pily Gilbain et le Chef d’Etat Major Général de l’Armée Malagasy, le Général de Brigade Rasolomahandry Edmond ; ont été de passage à Mahajanga ce 25 Février 2009.

Une réunion des Officiers s’est tenue à la Résidence ex-Faritany au bord de la mer.
Après une brève présentation de la Délégation, le Président de la République a donné la parole au Ministre de la Défense afin que ce dernier puisse expliquer ce qu’est la légalité du pouvoir.

« Le pouvoir en place détient encore le pouvoir légal », a-t-il souligné. L’Union des Forces de l’Ordre, Policiers, Gendarmes et Armée doit alors refléter cette légalité.

Communiqué Système des Nations Unies à madagascar

Antananarivo, le 26 février 2009

Les Nations Unies expriment leur préoccupation suite aux déclarations faites à l’issue de la journée du mercredi 25 février 2009 par les principaux participants au dialogue.
Nous avons pris note de la déclaration de l’Archevêque Odon Razanakolona et nous avons informé immédiatement le Secrétaire Général de l’ONU ainsi que le Département des Affaires Politiques de la situation.
Nous rappelons que lors de la visite du Représentant du SG M Haile Menkerios les deux parties ont suggéré et accepté le FFKM comme médiateur.
Il appartient aux parties malgaches de régler leurs différends par des moyens pacifiques.

Les Nations Unies réitèrent leur offre de soutien au processus de la réconciliation nationale.

Source: Système des nations Unies à Madagascar

Déclaration du Ministre de l’Intérieur à la presse

A l’issue des conseil des ministres de ce jeudi 26 fév 2009, instruction a été donnée au mininter : Rabenja Sehenoarisoa de faire une déclaration explicant au peuple malgache, notamment à la population de tanà les raisons de l’interruption de la rencontre hier et de l’absence de PRM Marc R à cette rencontre.

Selon le min : le nombre des membres des délégations devant participer à ce type de rencontre étant préalablement défini pour chaque parti, un nombre de participants excédant ce qui est convenu porterait atteinte à la sécurité des parties en présence. Dans ce cas précis, la sécurité présidentielle est mise en cause. Concernant le fondement et les bases des discussions, le min a affirmé que ceux-ci devront être conformes aux dispositions constitutionnelles. La violation de celle-ci infirmerait d’office la poursuite des discussions, nul ne pouvant prétendre être au-dessus de la loi.

Visite du Président de la République à Toamasina et Mahajanga



Le Président de la République, Marc Ravalomanana, s’est rendu à Toamasina et à Mahajanga ce mercredi 25 février 2009, pour rencontrer les Autorités militaires et civiles de ces deux chefs lieu de Région, respectivement Atsinanana et Boeny. En effet, le Chef de l’Etat a présenté officiellement à ces derniers le nouveau Ministre de la Défense nationale, le Vice Amiral Ranaivoniarivo Mamy Solofo, le nouveau Chef de l’Etat Major Général de l’Armée Malgache, Le Gal Rasolomahandry Edmond, et le nouveau Commandant de la Gendarmerie nationale, le Gal Pily Gilbain.

Durant chaque rencontre qui s’est déroulée à la Résidence présidentielle à Toamasina, et à la Maison verte à Mahajanga, le Président de la République a insisté sur l’établissement d’une sécurité qui permettrait aux citoyens de travailler sereinement et a annoncé que l’Etat cherchait tous les moyens pour mieux gérer les difficultés économiques et sociales engendrées par les derniers événements qui ont secoué le secteur socio-économique malgache.



Avant de se rendre à Toamasina, le Président de la République a reçu, au Palais d’Etat d’Iavoloha, une forte délégation de sénateurs conduite par le Président du Sénat, Yvan Randriasandratriniony. La rencontre a été axée sur la situation actuelle sur laquelle les deux parties ont échangé des points de vue.

Le Secrétariat à la Communication

Rencontre entre le Président de la République Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina

Le communiqué du Conseil des Eglises Chrétiennes de Madagascar a annoncé ce jour qu’à cause d’un déplacement dans les régions, le Président de la République n’a pas pu assister à la rencontre prévue entre les 2 hommes ce jour à l’hôtel Le HIntsy. Mais qu’il est prêt à poursuivre les pourparlers demain jeudi.
Andry Rajoelina quant à lui, a affirmé qu’il est prêt à continuer les discussions. Aussi, voici les 3 points qu’il a fait remarquer :

- Temps de parole de 5 mn à la télévision nationale
- Arrêt des pourparlers entre lui et le Président de la République : la raison va être transmise au Conseil des Eglises par lettre
- Le PDS Guy Rivo Randrianarisoa fait de la provocation dans ses agissements

Infos Régions - 25/02/2009

SAVA
L’opposition dirigée par Ianonjafy Marcellin a effectué une manifestation hier au parcage (Stationnement de taxi-brousse) à Sambava. Ils comptent faire de SAVA une ville morte pour une durée de 2 ou 3 jours.

Le HIMO de deux jours a été effectué, le MECI a financé ce programme pour un budget de 22 Millions Ar, le MPRD (ministère de la décentralisation) va encore y financer prochainement pour la continuité de l’HIMO.

Les services de la JIRAMA ont évolués positivement, le délestage se fait de moins en moins ressentir

Le couvre feu est maintenu dans la région.

ANALAMANGA
Le couvre feu est prolongé de 15 jours.

La compagnie Mada Rail se trouvant au PK 28 (Tana Côte Est) a été sujet d’acte de sabotage, l’on ne sait pas encore pour l’instant ni de quoi il s’agit ni qui est (sont) le(s) auteur(s).

Jirama

Le Conseil d’Administration et la direction générale de la JIRAMA ont tenu une conférence de presse cet après – midi face aux agissements de quelques délégués de personnel de la société qui sont descendus sur la place du 13 mai et veulent initier une grève à partir de demain. Ces délégués parlent en leur nom personnel, d’après les explications données à la presse cet après - midi, non au nom du personnel de la JIRAMA qui compte un effectif de 6000 personnes. Les délégués (au nombre de 4 – 5) qui veulent faire le mouvement ne représentent même pas 50% des délégués qui existent au sein de la Société (la JIRAMA en compte 194).

IRIN- MADAGASCAR: At least they are talking

ANTANANARIVO, 23 February 2009 (IRIN) - Madagascar's President Marc Ravalomanana and opposition leader Andry Rajoelina have met for the second time since violent political unrest erupted in late January, but observers say a solution to the crisis that has claimed over 100 lives is not yet at hand.

The content of the talks between the two political rivals has been a closely guarded secret. "Everything is being kept confidential for the time being," Ivohasina Ravafimahefa, minister of economy, commerce and industry and a key figure in the presidential negotiating team, told IRIN. "This is for the good of the negotiations and has been agreed between the two parties."

Although Ravalomanana has indicated that social and economic reforms to address people's grievances will be implemented, there has not yet been any concrete indication that Rajoelina will settle for anything short of the president's removal.

The opposition leader and former major of the capital, Antananarivo, had originally made Ravalomanana's standing-down a pre-condition of engaging in talks, and has expressed dissatisfaction with progress so far.

The meetings are being hosted by the Council of Christian Churches in Madagascar (FFKM), a powerful organisation in a country where religion has often played an important role in politics.

Toning it down?

Ravalomanana and Rajoelina had agreed to suspend public protests during the talks, put a halt to arrests "of a political nature", and stop violence and looting on the giant Indian Ocean island.

Both parties have also said they will stop campaigns of public disinformation, a significant move; private broadcasters are frequently accused of being partisan and the boundaries between rumour and fact are often confused. The closure of Rajoelina's television channel, Viva, in December 2008 sparked the rapid deterioration in the relationship between Ravalomanana and the opposition leader.

According to Jean-Eric Rakotoharisoa, professor of law at the University of Antananarivo, successful talks could lead to an entirely new phase in Madagascar's political development.

"There could be two possible outcomes to the negotiations," he told IRIN. "A neutral governing body that is neither with the president or the opposition, but made up of technocrats who return stability to the country; or a transitional government, with power shared between the parties of Ravalomanana and Rajoelina, that should also include other political forces, particularly those from the provinces."

Rakotoharisoa argues that if a transitional government is put in place, a third political force is now coming into play, consisting of groups predominantly from Madagascar's coastal areas, which have aligned themselves with the opposition movement.

"At the moment, discussions are only between parties from the centre of the country," said Rakotoharisoa. Tension between Madagascar's coastal inhabitants and those of the central plateau has long characterised Malagasy politics.

Transitional arrangements

A major obstacle to implementing any sort of transitional government is Madagascar's current constitution, which does not provide the means to establish an interim governing body. According to Rakotoharisoa, the constitution would have to be suspended to allow for the creation of a new one.

There is also the question of the role of the army in finding a solution to the crisis. Historically, the Malagasy army has remained restrained and largely neutral in times of political unrest.

Last week, army chiefs announced that they would "fulfil their duties" in maintaining national unity and the rule of law in the event that no solution was found. Since then there has been speculation that this could mean that they would step in and take power if the situation deteriorated further.

Many fear that there is a long way to go before an agreement is reached. "Just because the men have met doesn't mean this is the end," said one analyst close to both parties, who wished to remain nameless. "The talks could fall apart very quickly; it could be a case of one step forward and two steps back."

Market traders and shop owners in Antananarivo, who have put up with massive disruption as a result of continuing demonstrations and strikes, have jumped on the opportunity to return to normal. "There is no protest today and we can trade freely again," said one woman selling towels. "The two men are talking now and we hope for the best."

President Ravalomanana, now in his second term, is credited with free market reforms that have stabilised the economy and attracted foreign investment.

However, Rajoelina, a charismatic young businessman, used his office as mayor to challenge Ravalomanana's democratic credentials and attack the government's record on poverty alleviation - both issues dear to many Malagasy.

cc/oa/he

mercredi 25 février 2009

Troisième rencontre entre le Président Ravalomanana et Andry Rajoelina ce jour.

La rencontre s’est tenue vers 15h au « Le Hintsy Ambohimanambola » et a duré une heure à peu près. Aucun des deux hommes n’a fait de déclaration à leur sortie.
Vers 17h 15, Monseigneur Odon Razanakolona a délaré à la presse que la rencontre s’est déroulée dans la fraternité et que les débats vont entrer plus en profondeur.
Par ailleurs, les deux hommes se sont convenus de ne faire aucune déclaration ni intervention dans les médias jusqu’à la fin des rencontres. Mais à la fin de chaque rencontre, le conseil des Eglises Chrétiennes fera une déclaration. Le dialogue va se poursuivre demain.

Les propos provocateurs et les allégations se poursuivent sur la radio de Andry Rajoelina

CUA: Nominations des nouveaux délégués au Maire

Le PDS Guy Rivo Randrianarisoa va annoncer les noms des nouveaux délégués au Maire des 6 arrondissements de la capitale au plus tard ce mercredi 25 février 2009 à 12h.

Communiqué de l’Ambassade des Etats – Unis le Lundi 23 Février 2009

"The United States Mission congratulates Madagascar on the meeting Saturday between the President of the Republic of Madagascar and Mr. Andry Rajoelina, under the aegis of the FFKM Church Council. We applaud both sides for their willingness to meet in a true spirit of compromise and peace, as well as the FFKM for playing their critical role as "Ray aman-dreny" in the search for a way out of the current crisis. We expect this dialogue to continue, and we hope it will lead to lasting reconciliation through a legal, democratic and fully constitutional framework.

The United States believes that this effort by both sides to participate in dialogue can restore Madagascar on its path toward long-term political, social, and economic development. We trust in the wisdom of the Malagasy people, who want to live in a just society, governed by the rule of law, with equal opportunity for all citizens. We fully support the call for a truce among all parties, to maximize prospects for success through dialogue.

We believe that the current political crisis requires a Malagasy solution, and we stand ready to aid the Malagasy people in whatever way possible to ensure long-lasting peace, prosperity, progress, and fihavanana."

Version Française:
"La Mission américaine félicite Madagascar pour la tenue des pourparlers entre le Président de la République de Madagascar et M. Andry Rajoelina samedi dernier, sous l'égide du Conseil des Eglises de la FFKM. Nous louons les deux côtés pour leur volonté à se rencontrer dans un véritable esprit de compromis, ainsi que le FFKM pour avoir joué leur rôle vital de « Ray aman-dreny » en recherchant une voie pour sortir de la présente crise. Nous nous attendons à ce que ces négociations se poursuivent et nous espérons qu'elles vont mener vers
la réconciliation durable à travers un cadre légal, démocratique et entièrement constitutionnel.

Les Etats-Unis croient que cet effort des deux côtés à participer dans le dialogue peut remettre Madagascar sur le chemin de son développement politique, social et économique à long terme. Nous nous fions à la sagesse du peuple Malagasy, qui aspire à vivre dans une société équitable, gouvernée par l'état de droit et offrant la même opportunité à tous ses citoyens. Nous soutenons entièrement l'appel à la trêve entre les deux côtés, afin de donner au dialogue le plus de chance de réussite possible.

Nous croyons que la présente crise politique requiert une solution Malagasy, et nous sommes prêts à aider le peuple Malagasy, dans toute voie possible, pour garantir la pérennité de la paix, de la prospérité, du progrès et du fihavanana."

Version Malagasy:
"Miarahaba an'i Madagasikara ny Misiona Amerikana tanteraka noho ny fahatanterahan'ny fifampiresahana teo amin'ny Filohan'ny Repoblikan'i Madagasikara sy Atoa Andry Rajoelina ny Asabotsy lasa teo, teo ambany fiahian'ny Filan-kevitry ny Fiangonana ao amin'ny FFKM. Derainay ny roa tonta noho ny tena fahavononany hifampiresaka mba hahatongavana amin'ny marimaritra iraisana. Derainay koa ny FFKM noho ny nandraisany ny andraikitra manan-danja amin'ny maha-Ray aman-dreny azy eo am-pitadiavana làlana hivoahana amin'izao
disadisa ankehitriny izao. Mino izahay fa hitohy izany fifampidinihana izany, ary antenainay fa hitondra ho amin'ny fampihavanana maharitra ao anatin'ny rafitra manaraka ny lalàna, ny demokrasia ary mifanaraka tanteraka amin'ny lalàm-panorenana.

Mino i Etazonia fa izao ezaky ny roa tonta handray anjara amin'ny fifampiresahana izao dia afaka mamerina an'i Madagasikara ao amin'ny lalàna mankany amin'ny fampandrosoana ara-politika, ara-tsosialy ary ara-toe-karena. Mahatoky ny fahendren'ny vahoaka Malagasy izahay, vahoaka izay maniry hiaina ao anatin'ny fiaraha-monina anjakan'ny rariny, tan-dalàna ary ahafahan'ny olom-pirenena rehetra samy migoka tombontsoa mitovy. Tohananay tanteraka ny fanaingana ny roa tonta hampiato ny adilahy, mba hanomezana vahana ny fikatsahana
vahaolana ao anatin'ny fifampiresahana.

Mino izahay fa vahaolana Malagasy no takian'izao olana ara-politika izao, ary vonona hatrany izahay hijoro hanampy ny vahoaka Malagasy amin'izay fomba rehetra azo atao hiantohana fandriam-pahalemana, fahombiazana, fandrosoana ary fihavanana maharitra."


Vue sur le site officiel de l'ambassade des Etats Unis et Comores
www.antananarivo.usembassy.gov

Infos Régions - 24/02/2009

BOENI:
- L’enquête sur le cambriolage au tribunal administratif et financier est en cours

VATOVAVY FITOVINANY:
- Le HIMO continu, 2400 personnes ont répondu présent pour le travail. Un cycle d’activités (HIMO) va se terminer cette semaine, mais le projet va se poursuivre dans la région.

- L’opposition se détache de TGV. Selon le mouvement qui se tient dans la région, il soutient dorénavant le Professeur Zafy Albert. Un meeting a été organisé ce jour

SAVA:
L’opposition organise une manifestation pour ce soir, ils ont l’intention de figer toute la machine administrative excepté l’hôpital.

mardi 24 février 2009

Mais de quel sujet on négocie exactement

Titre 1 : FAUTE DE PLATEFORME DE DISCUSSION LA PRESENCE DES MEDIAS INTERNATIONAUX OFFRE UNE OPPORTUNITE AUX PARTENAIRES TECHNIQUES ET FINANCIERS POUR RELANCER LEUR PLAIDOYER./
Titre 2 : LES BAILLEURS DE FONDS FONT DURER LA CRISE POUR FAIRE VALOIR LEUR POINT DE VUE
Titre 3 : MAIS DE QUEL SUJET ON NEGOCIE EXACTEMENT ?


La coordination des bailleurs de fond sous le leadership réel du gouvernement fait encore défaut à Madagascar. Les bailleurs de fonds, en accord avec la déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide, ont augmenté leur aide budgétaire. Mais en contrepartie ils requièrent un vrai dialogue avec le Gouvernement sur les choix politiques qui sont traduits en loi de finance. Cette plateforme n’est pas apparemment effective car ils ont saisi cette opportunité qu’est la crise pour mettre sur la table leur plaidoyer.

Ainsi, ces bailleurs de fonds ont utilisé les médias locaux pour partager leurs préoccupations en décembre 2008. Il n’y a pas eu de réactions, en tout cas de débats publiques, au moins au niveau des institutions censées réagir à d’éventuelles mauvaises gouvernances. Les médias internationaux ont tout de suite pris le relais des partenaires techniques et financiers pour transmettre ses préoccupations durant la crise.

La question qui se pose est quand est ce qu’on aura un vrai débat sur les choix politiques du Gouvernement ? Dans certain secteur comme l’environnement, la consultation publique fait déjà partie des procédures d’études d’impacts. Mais là encore, une autre question se pose : est ce que chaque citoyen est conscient de la nécessité d’y participer ? Le fonctionnement de nos institutions telles que l’Assemblée national ou le Sénat permet-il de mener ce type de consultations et débats ? Quelle autre plateforme s’offre aux partenaires techniques et financiers pour partager ses préoccupations en matière d’aide au développement ?

Faute de ce vrai débat, à la fin de la troisième semaine de la crise les bailleurs de fonds appellent encore au dialogue tout en prêchant pour la légalité et la constitution alors que l’ancien maire a déjà largement franchi la ligne de l’illégalité et l’anti constitutionnalité. On est tenté de croire qu’ils fassent pression pour faire durer la crise jusqu’à ce que le régime actuel réponde à leur plaidoyer. De quel dialogue s’agit-il ? Entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ou entre Marc Ravalomanana et la frange de la population mécontente ? Officiellement il s’agit d’un dialogue entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana.

C’est ici que le bât blesse. Après une semaine de préparation des négociations il y a eu rencontres entres les deux protagonistes. Deux choses complètement non comparables sont sur la balance :
- du côté d’Andry Rajoelina des choses purement politique comme libérer tel ou tel sympathisant, même pas des éléments d’un soi disant programme prioritaire tel que baisse des prix des produits de nécessité telle que l’huile à 2000 Ar comme il l’a annoncé ou service de santé gratuit
- du côté de Marc Ravalomanana un plan de développement et une politique étrangère. A première vue, comme l’annonçait Andry Rajoelina ce ne sont pas des priorités du peuple mais ceci reviendrait à dire que certains objectifs du millénaires, qui sont des objectifs d’intérêts universel tels que l’accès à l’eau potable, l’accès au service de santé de base sont remis en cause

Conclusion :
Toujours plaider pour un dialogue n’est plus une position neutre au stade actuel de la crise. C’est plutôt vouloir tirer parti de la situation pour revendiquer ses propres intérêts:
- l’église pour reprendre sa position de conseiller dans une société malgache de tradition de droit d’ainesse
- les bailleurs de fonds pour l’ingérence dans la gestion des finances publiques au nom du soi disant orthodoxie financière ou de la transparence ou de la bonne gouvernance
- l’OUA pour ne pas entacher la préparation de l’OUA
- les USA pour garder leur débouché de céréales en Corée du sud
- les français pour garder la main mise de l’économie malgache.
- Le FMI pour jouer le gendarme dans la gestion des finances publiques

La politique politicienne prévaut encore à Madagascar. Il est dramatique de constater le jusqu’au-boutisme, ou l’extrémisme pour être plus simple, de certains politiciens comme Andry Rajoelina ait aboutis à une mise au pied d’égalité d’un Président légal et un puchiste qui n’a même pas la légitimité, au grand dam de la majorité. La force d’Andry Rajoelina c’est qu’il a su utiliser les bailleurs en sa faveur et qu’à Madagascar on « ouvre la porte de la voiture » d’un représentant d’un bailleur de fonds de peur qu’il ferme le robinet.

Soyons clair, s’il n’y avait pas eu cette pression de la part des bailleurs de fonds, il aurait été déjà arrêté comme ce qui aurait du se passer dans un pays tel que la France ou les Etats-Unis. En tous cas merci pour la Grande Bretagne de son soutien à la égalité.

Andry Rajoelina rompt le secret

Au sortir de la deuxième rencontre entre le Président Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ce 23 février 2009, Monseigneur Odon Razanakolona a confié à la presse que ce qui a été discuté reste confidentiel pour que le dialogue puisse avancer. Une autre rencontre aura lieu mais ni la date ni le lieu de la rencontre n’ont été dévoilés.

Le Président Ravalomanana n’a fait aucune déclaration. Mais en début de soirée Andry Rajoelina a convoqué la presse à son domicile pour faire part de son mécontentement. Et vers 20h15, M Rajoelina a évoqué le déroulement de la rencontre, des revendications des deux camps et d’une probable rencontre ce jour sur sa chaîne de télévision.
Au cours de cette émission, il a déclaré qu’une prochaine manifestation se tiendra sur la place du 13 mai cette semaine. Il a par ailleurs ajouté que les manifestations reprendront quand il n’y aura plus de rencontre entre les deux hommes.

Sur les ondes le 23 février 2009

Sur VIVA : entendu dans l’émission des chroniqueurs politiques de la station affiliée à Monsieur Andry Rajoelina :
- si nous évoquons les faits ce n’est pas pour inciter la population à quoi que ce soit mais pour les analyser, pour éclaircir l’opinion de la population. Par exemple, si on dit qu’il y des Tanks qui sont arrivés : c’est pour savoir pourquoi on les a fait venir… les analyses font parti du devoir de journaliste
- nous faisons une petite mise en garde, la population est toujours prête à revenir sur la place du 13 mai si le dialogue ne va pas dans le sens des besoins de la population
- ce que nous faisons ce ne sont pas des incitations mais des rappels aux chefs d’église des problèmes qui ont initié la demande actuelle de la population
- les informations que la TVM diffuse sont biaisées
- Ce n’est pas normal qu’il y ait encore des personnes en prison
- le député Saina Michel de déclarer: la population n’aime pas Marc Ravalomanana l’Assassin…. la population demande la transition


Sur RADIO MADA : station affiliée au Président Ravalomanana, les chroniques et commentaires politiques ont cessé hier

Infos Régions

La vie quotidienne reprend peu à peu son cours dans les régions.
Le calme et la sécurité reprennent dans les régions de la grande île malgré des actes de banditismes et de cambriolages dans certaines régions. A BOENY, deux gardiens du tribunal administratif et financier à Majunga ont trouvé la mort hier suite à un acte de banditisme. Plusieurs ordinateurs ont été volés dans le bâtiment, la sécurité a été renforcée.

Dans quelques régions, le couvre feu a été levé, les travaux de
développement ont repris.

lundi 23 février 2009

Revue de presse internationale

The churches, under the umbrella of All Africa Conference of Churches (AACC), hoped the various initiatives being undertaken to ensure dialogue will succeed in restoring peace to the Indian Ocean island nation.
http://allafrica.com/stories/200902230777.html

President Marc Ravalomanana and Andry Rajoelina held church-mediated talks and announced a series of measures to halt the turmoil, including an end to all types of provocation and disinformation, looting, demonstrations and political arrests.
http://news.yahoo.com/s/ap/20090221/ap_on_re_af/af_madagascar_1

The president of Madagascar and an opposition leader vowed over the weekend to put an end to demonstrations and politically motivated arrests after a tense standoff that has lasted nearly a month and left dozens dead.
http://www.cnn.com/2009/world/africa/02/22/madagascar.violence/index.html?section=cnn_latest

Déclaration de l’Office du Ministère des Affaires Etrangères du Royaume-Uni, Lord Malloch-Brown, suite aux troubles à Madagascar. (Traduction libre)

LONDRES, Royaume-Uni, 18 Février, 2009/African Press Organization (APO)/ — UK Déclaration de l’office du Ministère des Affaires Etrangère Lord Malloch-Brown
J’ai suivi la situation à Madagascar avec une inquiétude grandissante et j’ai été particulièrement préoccupé par la perte de vies durant les agitations. L’atmosphère de confrontation et les bouleversements qui s’ensuivent ne font qu’empirer la vie de la majorité de la population Malagasy. Toute tentative ayant pour but d’enlever un Gouvernement élu démocratiquement à travers des méthodes inconstitutionnelles est inacceptable. Le Président Ravalomanana et son administration ont été élus par des élections Présidentielles et Parlementaires qui ont été approuvées par les moniteurs internationaux. Leur légitimité démocratique doit être respectée, et tous partis (politique ?) à Madagascar doivent se conformer à la procédure normale qu’est l’élection.

Source : Royaume-Uni, Ministère des Affaires Etrangères

UK Foreign Office Minister Lord Malloch-Brown statement on the unrest in Madagascar

LONDON, United-Kingdom, February 18, 2009/African Press Organization (APO)/ — UK Foreign Office Minister Lord Malloch-Brown statement
I have been following the situation in Madagascar with growing concern and have been particularly disturbed by the loss of lives in the current unrest. The atmosphere of confrontation and the disruption it has caused will serve only to worsen the lives of the majority of Malagasy people. Any attempt to remove a democratically elected Government through unconstitutional means is unacceptable. President Ravalomanana and his administration were elected through Presidential and Parliamentary elections that were endorsed by international monitors. Their democratic legitimacy should be respected, and all parties in Madagascar should abide by the normal electoral process.

SOURCE : United Kingdom - Ministry of Foreign Affairs

Infos Régions - 23/02/2009

BOENY :
Très calme en ville (Majunga).
La station M3TV diffuse les informations venant de la capitale, elle est connectée directement à la TV PLUS. La RFO, RFI et la RDB diffusent également en direct les informations de Tana.

SOFIA
Les radios privées respectent la condition de non incitation et non provocation.
La région est calme.

BETSIBOKA
La région est calme.
La radio privée locale ne diffuse pas d’informations qui incitent à la provocation

AMORON'NY MANIA
Diffusion des informations venant de la capitale

ANALANJOROFO
Fénérive Est : La RNM marche mais la TVM ne marche pas

ATSIMO ATSINANANA : R.A.S

ANALAMANGA :
Antananarivo : les activités quotidiennes ont repris. La ville est calme.

La deuxième rencontre

La deuxième rencontre entre le Président de la République Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina s’est tenue en début d’après-midi à l’hôtel Le Hintsy Ambohimanambola.
Le Conseil des Eglises Chrétiennes de Madagascar a déclaré que les pourparlers se sont bien déroulés et qu’une autre rencontre se tiendra demain.

Plusieurs fois maintenant Andry Rajoelina a accepté publiquement de négocier

Plusieurs fois maintenant Andry Rajoelina a accepté publiquement de négocier mais ce dernier trouve toujours un prétexte pour l'annuler. Après trois semaines de crise, les bailleurs de fonds pensent toujours l'avoir raisonné et négocier. Après une semaine de négociations (quatrième semaine de crise) les médiateurs annoncent des solutions possibles. C'est là qu'Andry Rajoelina pousse ses partisans et annonce une marche vers Iavoloha, le palais présidentiel. Et vous le pensez encore être crédibles ainsi tous ceux qui le soutiennent ?!? (même vous ?)

Qui y trouve son compte ?

Même si le mouvement s'essouffle, sa capacité de nuisance persiste.
L'Administration fonctionne à mi-temps.

Le FFKM, pense avoir gagné leur place de
« ray aman-dreny » mais risque d'être déçu par l'aboutissement d'un soi disant dialogue. C'est avant la crise que le FFKM aurait dû mieux s'occuper de l'esprit saint de chacun ; à moins que ce ne soit une stratégie pour être utile et avoir une raison d'exister? Il faudrait un dialogue sur le rôle de l'église dans notre pays !

Les bailleurs de fonds croient fermement qu'ils vont ENFIN pouvoir faire passer
leur plaidoyer après avoir poussé les deux au dialogue en les ayant mis sur un même pied d'égalité. Les bailleurs pensent toujours que le niveau de maturité et de démocratie de notre pays doivent suivre LEURS façons de voir les choses.

La grande majorité de la population reste impuissante devant le faible niveau de communication du gouvernement surtout que les négociations restent secrètes et que la notion de ce qu'on appelle "sortie de crise" n'est pas claire : partage du pouvoir ? transition ? changement de constitution ? financement des bailleurs de fonds ? ... Ce que la majorité de la population veut -"le vahoaka" tant cité par TGV-, c'est la paix et un gouvernement qui les écoute plus et qui s'occupe plus des problèmes du quotidien, EN PLUS des réformes de fond qui ont de l'impact sur un plus long terme ! En fait, la recherche de consensus ne sert que les médiateurs qui ne savent que répliquer des solutions antérieures et ne cherche pas une approche plus courageuse, et les parasites qui n'ont rien à perdre : comme dirait la chanson, "gouvernance" ? bombée, "population ? bombée, "constitution ? bombée, etc ...). Cette stratégie ne sert vraiment qu'une minorité nuisible composée de nombreux corrompus, concentrés sur leurs intérêts personnels (c'est pour cela qu'ils ont été écartés !!). Et vous les écoutez au nom de la démocratie ? Donnez la voix à tous les criminels et vous aurez le concensus tant recherché par les médiateurs...

Le Gouvernement hésite et on leur fait croire qu'en ne dispersant pas les manifestants, il agit de manière plus démocratique et gagnerait ainsi la sympathie de la population. Or c'est l'inverse qui se passe : l'état de droit en prend un coup, les médiateurs pensent faire un bon travail et se trouve sympathique, et la population qui demande une démonstration de fermeté de la part de l'état souffre et attend de travailler...

Conclusion
Andry Rajoelina a gagné son pari : Tenir tête à Ravalomanana au moins durant un mois. Comment ne plus tenir compte de ce jeune politicien dans le futur, un jeune politicien qui a réussi à attirer l'attention de la communauté internationale et de quelques compatriotes. Et pour cela, il avait "deux alliés forts et naifs ou du moins décalés par rapport aux aspirations de la majorité des citoyens : les bailleurs de fonds et l'église". La honte vous retombera dessus à court ou moyen terme parce que des gens se lèveront et vont contrer cette approche hypocrite.

Arretons ce cinema . Arrêtons Andry Rajoelina et la vie reprendra.

dimanche 22 février 2009

Infos Régions - 21/02/2009

RÉGION SAVA

- Milamina ny fiainan’ny mponina amin’ny ankapobeny raha ny resaka fihetsiketsehana ara-politika no resahana, araka ny fanambaran’ny Chef de Region, sady Reg/Tim, any amin’ny Faritra SAVA, Benaivo.
- Androany Sabotsy 21-02-09 no nanao famoriam-bahoaka tao SAMBAVA ireo mpanohitra miaraka amin’ny TGV saingy tsy nahavory olona maro.
- Zava-dehibe iny vokatry ny fihaonana voalohany teo amin’ny Filoha Ravalomanana Marc sy Atoa Andry Rajoelina iny, hoy ny CR SAVA.
- Ny vidim-piainana no niakatra kely

RÉGION BONGOLAVA

Arakan ny nambaran’ny CR BONGOLAVA, Rabarijaona Jean Caude, dia milamina ny any amin’ny Faritra Bongolava.

- Omaly Zoma 20-02-09 no snikasa hamory olona tao amin’ny renivohitry ny Faritra ireo mpanohitra saingy tsy sahy indray.
- Nankasitraka ny vokatry ny fihaonana voalohany teo amin’ny Filoham-pirenena Marc Ravalomanana sy Atoa Andry Rajoelina ny CR BONGOLAVA.

RÉGION ITASY

- Milamina ny Faritra Itasy hatramin’izay ka hatrmin’izao, hoy ny CR sady Reg/Tim Itasy, Rakotondrazaka Hubert Henri.
- Nankasitraka ny vokatry ny fihaonana voalohany teo amin’ny Filoha Ravalomanana Marc sy Atoa Andry Rajoelina moa ny CR Itasy sady mirary koa ny hitohizan’ny dinika am-pilaminana.

RÉGION BETSIBOKA

- Sabotsy : 6 ora hariva : Gala évangelique karakarain’ny faritra ao amin’ny trano-pokonolona Kanto ao Maevatanàna sy fiobonam-bavaka ho an’ny firenena
- Alahady : Fihaonana ara-panatanjahan-tena eo amin’ny vadin’ny zandary sy ny Sélection civile (Basket)

RÉGION VAKINANKARATRA

- Saika hanao fihetsiketsehana ny plate-forme de l’opposition anio Asabotsy saingy noravan’ny fokonolona tao amin’ny fokontany Ambohimena. Tsy mila fanakorontanana aty aminay hoy izy ireo.
- Mitohy kosa ny asa an-tanamaro na HIMO amin’ny fokontany rehetra ao Vakinankaratra. Isan’ny nahazo izany ny tao Ambohimena. 200 no isan’ny olona nahazo tombontsoa mba entina hanadiovana ny tanàna.
- Efa vita tanteraka ny Lycéemanaram-penitra sy lehibe namboarina ao amin’ny distrika vaovao an’I Mandoto, izay nampanantenain’ny Filoham-pirenena Marc Ravalomanana. Efa mianatra ao ny mpianatra ka miandry ny fitokanana azy sisa.
- Mitohy hatrany ny asa fanitarana ny seranam-piaramanidina ao Antsirabe. Efa miditra amin’ny première c ouche de bitumage ny piste d’aviation ny mpanatanteraka ny asa ankehitriny.
- Ankoatra ny rojom-bavaka ataon’ireo mpitondra fivavahana any an-toerana saika isan’andro dia hanomana fotoam-pivavahana ho an’ny firenena ihany koa ny ao amin’ny faritra.

RÉGION MENABE

- Milamina ny fiainan’ny olona andavanandro.
- saika hanao hetsika tany amin’ny distrika 3 : Morondava, Mahabo ary Miandrivazo ny mpanohitra tarihin’ireo olon’ny AREMA taloha. Manao « intimidation » amin’ny endriny maro ny tompon’andraikitry ny faritra any an-toerana mba entina handevonana izany hetsika izany.
- Mandeha tsara ny asa tàna-maro HIMO; ary faly ny vahoaka manatanteraka izany ka velo-pisaorana ny fanjakana.

RÉGION AMORON’I MANIA

- Nanao hetsika tao antaponivinany Ambositra ny mpiara-dia amin’ny ara-dalàna. Tonga tao avokoa ny solotenan’ny distrika 4 sy Imadiala; saika tonga nanotrona izany avokoa ny sokajin’olona rehetra:ny mpitondra isan’antokony ka hatramin’ny tantsaha isan-karazany. Ny fihavanana, ny fanohizana ny asa fampandrosoana, ny fampianara tsy an-kijanona ny zana-bahoaka ,ary indrindra ny famelàna ny Fanjakana ara-dalàna hanatontosa ny andraikiny am-pilaminana ho soa hoan’ny Tanindrazana.
- Milamina ny faritra amin’ny ankapobeny.

RÉGION MATSIATRA AMBONY

- Nanao famoriam-bahoaka ny mpanohitra fa tsy nahazo olona
- Milamina amin’ny ankapobeny

RÉGION ANALANJIROFO

- Nanao meeting ry zareo mpanohitra fa sady tsy nahazo olona no tsy nisy ihany koa ny fihoaram-pefy. Isaky ny hetsika dia mampiantso ireo mpitarika izany ny Filohan’ny Faritra ary dia mamepetra tsara ny tsy tokony hisian’ny fihoaram-pefy.
- Nankasitraka ny fanapahan-kevitra nivoaka avy amin’ny fihaonan’ny Filoha Ravalomanana sy I Andry TGV

RÉGION DIANA

- Nanambara avy hatrany ny lehiben’ny Faritra fa hilaza amin’ny haino aman-jery any an-toerana ny hevitra tapaka tamin’ny fihaonan’ny Filoha Marc Ravalomanana sy I Andry TGV anio.

RÉGION ALAOTRA MANGORO

- Milamina
- Nankasitraka ny fanapahan-kevitra nivoaka tamin’ny fihaonan’ny Filoha Marc Ravalomanana sy I Andry TGV ny CR.

RÉGION ANALAMANGA

- Namory olona teny amin’ny 13 Mai araka ny mahazatra ny TGV. Noravana ny olony fa hisy ny fihaonana hatao amin’ny Filoha Marc Ravalomanana
- Nisy ny fanompoam-pivavahana natao tao amin’ny Palais de Sport Mahamasina, izay nitondrana am-bavaka ny firenena. “Raha ny oloko izay nantsoina amin’ny anarako no ho avy hanetry tena ka hivavaka dia hihaino any an-danitra Aho ary hanasitranany taniny” no niompanan’ny fotoana, izay nibebahana ho an’ny Malagasy tsivakivolo. “Vita ny ady” hoy ny hafatra nomena ny mpivavaka.

- Misy amin’ny mponina eto Antananarivo no mivavaka sy mifady hanina mba hamonjen’Andriamanitra ny firenena
- Nanao valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety I TGV ary nilaza fa miato aloha ny hetsika eny amin’ny 13 mai. Rehefa vita ny fifampidinihana vao manao tatitra indray izy.
- Mbola hamory ny olony rahampitso ho amin’ny fanambarana hataony sy fotoam-pivavahana ihany koa

samedi 21 février 2009

Le Président de la République Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina se sont rencontrés



Le Président de la République Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina se sont rencontrés vers 13h30 cet après-midi sous la médiation du Conseil Oecuménique des Eglises Chrétiennes et un Représentant de la Communauté Internationale. À l'issue de la rencontre, une déclaration signée par le FFKM et convenue par les deux partis a été lue à la presse à Antanimena par un Représentant du FFKM, Monseigneur Odon, dont voici les grandes lignes :

Les deux responsables conviennent d'arrêter les incitations dans les médias, les arrestations à caractère politique, et d'arrêter les rassemblements sur les voies publiques.

D'autres rencontres vont suivre.

vendredi 20 février 2009

Déclaration Gendarmerie Nationale(traduction libre)

I- Face aux informations qui sont diffusées par certains médias, la Gendarmerie Nationale fait la déclaration qui suit:

Aucun gendarme n’est la mort durant les manifestations qui se sont déroulés dans le pays.

Des gendarmes ont cependant été blessés par les jets de pierres.

II- Durant la reprise des quatre ministères à Anosy par l’EMMO le matin de ce 20 février:

Personne n’a été tuée ; des individus ont été arrêtés et sont détenus provisoirement pour des enquêtes..

La Gendarmerie Nationale souligne qu’elle ne cache pas de cadavres et appelle ainsi la population à la prudence face aux fausses informations et incitations qui sont diffusées dans le pays actuellement.

Les forces de l’ordre réitèrent qu’elles assureront la mission qui lui est assignée qui est de protéger la population et leur bien.

Source : Service de Communication de la Gendarmerie nationale

VIVA, incitations à la haine

Les incitations à la haine, les délations diffamatoires et les appels à manifester non constitutionnels continuent sur la station VIVA

Ce matin, les animateurs et les invités ont commenté les actes des forces de l’ordre pour reprendre les ministères à Anosy. Selon les animateurs, « des blindés ont poursuivi les services de sécurité civile TGV jusque dans les ruelles de la capitale pour les repousser » (ce qui est vraiment impossible étant donné la taille des blindés et la taille des ruelles d’Anosy !).

Des personnes ont été tuées (une cinquantaine) durant la matinée (les forces de l’ordre n’ont tiré sur personne, elles n’ont effectué que des sommations en l’air).

Depuis le début des manifestations sur la place du 13 mai, les animateurs et journalistes de la station VIVA n’ont eu de cesse à inciter la population à se retourner contre plusieurs personnes : politiciens, chef religieux… Des personnes victimes de diffamation ont déclaré qu’elles vont porter plainte comme le député du premier arrondissement Ramaholison. Hier, les animateurs de la radio VIVA ont appelé la population à arrêter le député parce qu’il a déclaré « que les fonctionnaires poursuivront leurs activités sous les ordres de leurs véritables patrons ».

Infos Régions - 20/02/2009

IHOROMBE :
Une réunion a été organisée aujourd’hui par la région entre le Chef de Région et son staff afin de rendre compte de la situation actuelle qui revient d'ailleurs au calme et pour faire part de la population de cette situation

ANDROY :
- Des riz et des Pois du cap ont été distribués aux fonctionnaires.
- Le HIMO continue

ANALAMANGA
Les ministères et services publics reprennent leurs activités depuis ce matin. Les banques de la capitale sont ouvertes. Les fonctionnaires ont commencé ce jour à percevoir leur salaire pour ce mois de février.

Manifestation 13 mai - 20/02/2009



Sur la place du 13 mai, Andry RAJOELINA relance ses menaces au pouvoir. Il a appelé les officiers qui se sont déjà entretenus avec le Président de la République (RA8 selon ses termes) à venir chez lui pour lui rendre compte de ce qui a été décidé entre les généraux et le Président. Il donne un délai au pouvoir de libérer d’ici minuit ses réservistes qui ont été arrêtés par les forces de l’ordre ce matin, sinon il « s’en lave les mains » (selon ses termes). La manifestation TGV va se poursuivre demain sur la place du 13 mai.

Fanambarana avy amin'ny zandarimariam-pirenena

I. Araka ny vaovao navoakan’ny haino aman-jery tsy miankina sy gazety an-tsoratra vitsivitsy dia manao izao fanambarana izao ny zandarimariam-Pirenena :

Tsy misy izany fahafatesana zandary izany nandritra izao toe-draharaha misy eto amin’ny Firenena izao.

Raha ny faharatran’ny zandary dia nisy tokoa teo am-panatanterahana ny asa izay vokatrin’ny tora-bato nahazo azy.

II. Tamin’ny fotoana izay nandraisan’ny mpitandro filaminana mivondrona ao anatin’ny EMMO ireo Ministera efatra tetsy Anosy ny marainan’ny 20 febroary 2009 dia:

Tsy misy izany fahafatesana olona izany, fa nisy ny fisamborana sy fitazomana olona vonjimaika mba hatao fanadihadihana.

Soritana mazava fa tsy mpanafina faty ny ZANDARMARIAM-PIRENENA, ka manainga ny olom-pirenena rehetra ho mailo manoloana ny fiantsiana sy fanelezana vaovao tsy marina ao anatin’izao toe-javatra misy eto amin’ny firenena izao.

Manantitrantitra hatrany ny mpitandro ny filaminana fa izy ireo dia tsy mivoana amin’ny fanamby izay apetrany dia ny fiarovana ny olona sy ny fananany.

Antananarivo, faha-20 febroary 2009
Service communication de la Gendarmerie nationale

Fanambaran'ny Ministry ny Filaminana Anatiny sy ny Fiarovam-pirenena

Ny zandary ary ny polisim-pirenena, taorian’ireo hetsika izay natao alina, dia namerina soa aman-tsara ireo ministera nalain’ny “iihetsiketsehina”. Anisan’izany koa dia rava, noravana ireo sakana napetraky ry zareo tamin’ny manodidina ny Anosy sy ierto ministera ireto, ary efa voasolo ny Miaramila, zandary ary ny polisim-pirenena izany. Noho izany dia miverina amin’ny asany daholo ireo mpiasan’ny ministera izay aty amin’ny faritra ety Anosy. Manampy an’izay angamba dia tsara ny manambara fa ny fibaikona na commandement dia mipetraka ho iray ihany dia eo anivon’ny ministère sécurité interieur izany. Ary koa ny fiaraha miasa amin’ny vondrona ananki-telo dia natao mba hampiverina ny filaminana eto amin’ny tany sy ny fanjakana.

Fanambaran'ny Praiministra

Eto aho dia misaotra ny Emmo Reg sy ny Emmo nationale, nanao izay hiverenan’ny filaminana faran’ izay haingana, nandritry ny alina manontolo. Deraina manokana izy ireo satria tompon’andraikitra, nanao ny adidiny ary nampiseho an’izany tao anatin'ny firaisankina tanteraka mba ho voninahitry ny tanindrazantsika, satria ny Ministera dia tsy maintsy miasa. Raha sanatrian’izany ka ny ministera no fehezina tsy hiasa dia hitera-doza izany ho an’ny tsirairay avy , ho an’ny vahoaka, ho an’ny firenena iray manontolo ary mahamenatra ny tahak’izany. Betsaka ny raharaha izay ilaintsika mponin’ny Madagasikara eny amin’ireny ministera ireny, ka aleo ny ministera hiasa. Nandray andraikitra ireo tompon’andraikitra ireo hitana sy hampandeha izany raharahan’ ny ministera izany. Fantantsika ihany koa fa efa nanao fanambarana ny ministre ny securité intérieure. Manamafy izany ny tenako satria mila filaminana feno ny firenentsika. Mbola manentana ihany koa amin’izao fotoana izao fa ny asa fidirana an-kery, fandrobana toy ireny dia voasazy ny lalàna eto amintsika, voasazy ny lalàna manan-kery eo amin’ny lafiny internationale. Miangavy, aoka re mba afaka hiasa, aoka re avela hiasa , aoka re mba hanantanteraka ny asany tsy ho sakasakanana ireo mpiasam-panjakana na ireo vahoaka mila amin’ireny ministera hiasana ireny. Amin’izao fotoana izao dia miasa tanteraka ireny ministera ireny, manamafy izany ny tenako. Koa mankahery antsika mba ahafahana mandroso mba hisian’ny fandriampahalemana mba hampandroso hatrany ity firenentsika ity. Homba antsika mandrakariva anie Andriamanitra. Misaotra tompokolahy, misaotra tompoko vavy.

Les points soulignés par le PM ce matin, sur la TVM

- remerciements de l'Emmo reg et Nat pour leur aide dans le retour au calme.
- Les ministères doivent tous travailler pour le bien de chacun, de la population et de la nation. On a tous besoin que tous les ministères travaillents.
- Le PM renforce l'annonce du Ministre de l'intérieur parce que la population a besoin d'un retour au calme dans le pays.
- Les actes de vandalismes,vols,le saccagement de bien ministériels sont punis par la loi nationale et internationale.
- Laisser les gens travailler.
- Les gens des ministères continuent leur travail en ce moment pour développer la nation.

jeudi 19 février 2009

Communiqué Ministre des Affaires Étrangères Britannique

UK Foreign Office Minister Lord Malloch-Brown statement on the unrest in Madagascar

I have been following the situation in Madagascar with growing concern and have been particularly disturbed by the loss of lives in the current unrest. The atmosphere of confrontation and the disruption it has caused will serve only to worsen the lives of the majority of Malagasy people. Any attempt to remove a democratically elected Government through unconstitutional means is unacceptable. President Ravalomanana and his administration were elected through Presidential and Parliamentary elections that were endorsed by international monitors. Their democratic legitimacy should be respected, and all parties in Madagascar should abide by the normal electoral process.


(Traduction libre)

J'ai suivi la situation à Madagascar, avec une préoccupation croissante et j’ai été particulièrement troublé par la perte de vies durant les troubles actuels. L'atmosphère de confrontation et la désorganisation qu'elle a provoquée ne servira qu'à aggraver la vie de la majorité du peuple malgache. Toute tentative de suppression d'un gouvernement démocratiquement élu par des moyens anticonstitutionnels est inacceptable. Le président Ravalomanana et son administration ont été élus par des élections présidentielles et parlementaires qui ont été approuvés par les observateurs internationaux. Leur légitimité démocratique doit être respecté, et toutes les parties à Madagascar devraient se conformer au processus électoral normal.

http://www.fco.gov.uk/en/newsroom/latest-news/?view=News&id=13727015

Infos Régions - 19/02/2009

AMORON'NY MANIA:
- Tous les districts sont calmes
- Un grand rassemblement est prévu pour demain pour soutenir le pouvoir

ANTSINANANA :
Une manifestation d’opposition est tournée en affrontement ce matin quand les manifestants ont voulu forcer le barrage des forces de l’ordre. Le leader de l’opposition Tabera Ramanantsoa a été arrêté.

Manifestation TGV - 19/02/2009

Après rassemblement ce matin au niveau de la place du 13 mai, la foule derrière TGV est descendue au niveau des ministères à Anosy après une tentative avortée de monter à Antaninarenina. Andry Rajoelina n’était pas de la délégation si hier les ministres du 13 mai ont annoncé avoir discuté avec lui au téléphone et que ce sera lui qui va diriger les manifestants pour prendre les ministères.

15h24: discussion engagé entre un colonel de l’Emmo avec les ministres du 13 mai qui les somme de ne pas faire avancé la foule parce que le deuxième barrage est la limite à ne pas dépasser, où les militaires peuvent protéger la population.
Une délégation TGV est autorisée à entrer au-delà des barrages de militaires pour voir les ministères, accompagnée de journalistes

16h02 : arrivée de la délégation au niveau du ministère de la sécurité intérieure (dont les portes sont fermées mais le personnel est toujours à l’intérieur pour travailler)

17h04 : arrivé d’un huissier qui va établir un procès verbal d’assistance

17h05 : le cadenas et les chaînes qui ont maintenu les portes sont forcées, des militaires étaient restés à l’intérieur des bâtiments du ministère de la sécurité intérieure

17h08 : les portes sont ouvertes, les militaires dégagent les lieux, la délégation pénètre dans le bâtiment.
17h29 : Prise du Ministère de l’intérieur (proche du ministère de la sécurité intérieure)
17h55 : Prise du Ministère de l'Education Nationale
 
http://www.nivapas.com Annuaire
nivapas