jeudi 30 avril 2009

Manandafy Rakotonirina au parquet, le tribunal barricadé (30 Avril 2009)

Les personnes arrêtées au Carlton mercredi par les militaires du CAPSAT ont été déférées au parquet dans la soirée de mercredi. Manandafy Rakotonirina, Ihanta Randriamandranto, le Colonel Zaka be et le Colonel Théophile ainsi que les gardes du corps du Premier Ministre ont été emmenés par des militaires cagoulés. A l’information de cette audience, des partisans de la légalité ont rejoint le tribunal à Anosy. Ces derniers ont été dispersés par les militaires, près de 8 camions de militaire, outre les 4X4 qui ont fait la ronde aux alentours du tribunal ont quadrillé les lieux à l’arrivée du cortège qui a emmené le Premier Ministre et ses compagnons. D’après les informations, le Premier Ministre serait accusé de coup d’Etat, d’usurpation de pouvoir et d’intente à la sécurité nationale. Le Premier Ministre était encore vêtu des mêmes vêtements de sport que lors de son enlèvement de mercredi.

Manandafy a été permis à parler à la presse à cause d’une rumeur (30 Avril 2009)

La population malagasy doit protéger son choix a annoncé le Premier Ministre Manandafy Rakotonirina, comme consigne sur la suite de la manifestation des légalistes. La population a le choix entre protéger sa décision ou regarder sa décision se faire bafouer. Manandafy a pu parler avec la presse ce matin à Ambohibao. Il est apparu le sourire aux lèvres avec un visage marqué de bleu. Le Premier Ministre de la légalité a expliqué qu’il a été emmené manu militari, arrêté sans mandat d’arrêt ni mandat d’amené, il a été frappé au visage et son pied a été piétiné. Lui de plaisanter qu’il a la santé d’un homme de 35 ans avec ses 70 années. Il a toutefois souligné qu’il a besoin d’un scanner pour contrôler son état de santé. Des rumeurs ont couru depuis son arrestation dans la nuit de mercredi sur la mort du Premier Ministre. Il est vivant mais il a besoin d’un docteur a déclaré son avocat.

Brèves du jeudi 30 Avril 2009


  • Les femmes légalistes ont entamé une marche pacifique vers Ambohibao, où sont détenus le Premier Ministre, la dirigeante du mouvement des femmes et leur compagnon, afin de réclamer la libération de ces personnes. Après quelques heures de marche, elles s’étaient dispersées à la vue de militaires qui leur barraient la route.

  • Les légalistes s’étaient de nouveau réunis dans l’enceinte du Magro à Ankorondrano. Le Réverand Andrianarijaona était venu parler à la foule

  • La France avance petit à petit vers la reconnaissance de la HAT a déclaré le ministre de la population de la transition. Le Consul Général de France, Joyandet est venu la rencontrer ce jour pour parler d’adoption d’enfant malagasy.

  • Le pays est encore en crise a martelé le CCOC. Selon ce collectif de citoyens, toutes les entités doivent encore se réunir et se concerter pour trouver une solution à diriger de manière consensuelle la transition.

  • 31 députés ont prêté allégeance à la HAT. 22 députés TIM et des indépendants ont accompagné Jacques Sylla au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra pour manifester ce soutien.

  • Des manifestations syndicales sont prévues par les légalistes vendredi pour la célébration de la journée mondiale du travail.

Manandafy Rakotonirina a été enlevé par les militaires du CAPSAT (29 Avril 2009)

Le Premier Ministre Manandafy Rakotonirina a été emmené vers 19 h de l’hôtel Carlton par les militaires avec Madame Ihanta Randriamandranto la dirigeante du mouvement des femmes légalistes, deux officiers supérieurs de l’armée et les gardes du corps du Premier Ministre. Ils ont tout de suite été emmenés à Ambohibao par le Commandant Charles et ses militaires.

Une cinquantaine de militaires ont pénétré l’hôtel Carlton. Deux coups de feu ont été entendus. D’après les explications d’un employé de l’hôtel, qui tient à rester anonyme, les militaires sont entrés et ont demandé à avoir les clefs des chambres, un employé est ensuite monté accompagner les militaires durant les fouilles. Quand le Premier Ministre et les autres ont été emmenés dans les voitures 4X4 des militaires, Manandafy Rakotonirina était en vêtement de sport, Ihanta n’avait pas de vêtement chaud tandis que les autres messieurs n’avait plus qu’un caleçon.

Les « prisonniers » ont été emmenés à Ambohibao où ils ont été la cible d’humiliation et d’injure de la part des militaires. Ils ont été ensuite exposés au photographe tandis que le Commandant Charles donnait sa version des faits. Selon ce dernier, le Premier Ministre et un des officiers s’étaient enfermés sous la douche, dans sa chambre et qu’ils ont dû forcer la pièce pour y entrer.

Selon Constant Raveloson, porte parole du Premier Ministre, l’acte des militaires de cette nuit est un acte d’enlèvement envers une personnalité d’Etat. Le Premier Ministre a été forcé à appeler Constant Raveloson d’après ce dernier, il a décroché et il a entendu un militaire gueuler Manandafy Rakotonirina pour qu’il demande où Raveloson Constant se trouvait mais le Premier Ministre a refusé. Les légalistes sont encore plus que jamais déterminés à poursuivre leur lutte.

Visite du domicile et visite médicale pour le Colonel Ralitera (29 Avril 2009)

Des militaires sont venus perquisitionner une maison en construction du Colonel Ralitera (le chef des services de sécurité de la HCC) à Ambodiafotsy. Quatre 4X4 et un polo ont emmené les militaires et le Colonel Ralitera. La maison a été forcée et fouillée. Les employés de maison ont été questionnés sur les lieux où se trouvait leur patron (l’épouse du Colonel Ralitera qui est aussi la dirigeante du mouvement des femmes légalistes) mais ces derniers avaient répondu qu’elle n’était pas là, que sa dernière visite remontait à dimanche. A l’extérieur de la maison, la population s’est petit à petit rassemblée. Les militaires ont quitté les lieux ont déclarant à la population qu’ils n’avaient rien emporté. Selon un proche du couple, lundi à Maibahoaka, les militaires avaient emporté les économies qui ont été destinés à la construction de la maison à Ambodiafotsy.

Le Colonel Ralitera a été arrêté lundi au niveau de la HCC et est depuis retenu à Ambohibao. Des docteurs sont passés le voir mercredi matin pour une consultation. Les docteurs ne voulaient pas procéder à la visite médicale parce que le secret médical ne pouvait pas être assuré, des militaires étaient restés avec eux pour le contrôle.

Brèves du mercredi 29 Avril 2009

Les légalistes ont tenu une réunion d’information dans une propriété privée à Ankorondrano. Une occasion pour parler du nouveau gouvernement, des nouvelles démarches pour le mouvement.

mercredi 29 avril 2009

7 ministres nommés pour le Gouvernement légal (28 Avril 2009)


  • Ministre de la Défense Nationale : Manandafy RAKOTONIRINA

  • Ministre de l’Intérieur : TSEHENOARISOA Benja

  • Ministre des Finances et du Budget : RAZAKARIASA Henri Bernard

  • Ministre des Affaires Etrangères : RASENDRATSIROFO Elyett.

  • Ministre de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire : RAKOTOVAZAHA Olivier

  • Ministre de la Justice : ANDRIANARIVELO Désiré

  • Ministre de l’Agriculture : RAONIARINJAKA Voahangy


Une première liste des nouveaux membres du Gouvernement légal de Madagascar est sortie mardi. Le Premier Ministre sera aussi en charge du Ministère de la Défense Nationale. Selon Manandafy Rakotonirina, son ministère va maintenant s’atteler à la constitution de son cabinet, qui sera composé de militaires moderne et non de militaires du moyen âge où les sous officiers ne respectent plus les officiers. Pour ce qui est de la prise de fonction des nouveaux ministres, ils vont s’organiser avec les fonctionnaires dans leur ministère respectif.

Les autres noms seront connus après la réunion de l’Union Africaine du 01 mai. Au cours de cette réunion, qui se penchera sur la situation de Madagascar, le pays sera représenté entre autre par le Président Ravalomanana.

Le Colonel Ralitera est maltraité (28 Avril 2009)

Madagascar est en train de s’effondrer. La HAT ne cherche qu’un bouc émissaire pour être désigner responsable des actes qu’elle a commise a commenté Madame Ihanta sur l’arrestation de son mari le Colonel Ralitera, chef du service de sécurité auprès de la Haute Cour Constitutionnel, mais tout le monde sait ce qui s’est passé. Elle a expliqué que son mari a été maltraité au cours de son arrestation, les militaires lui en fait parcourir plusieurs mètres à genoux. La secrétaire Générale du parti TEZA de préciser que son mari est un malade hypertendu qui risque de faire une crise cardiaque.

Le Colonel Ralitera a été arrêté lundi par les militaires du CAPSAT et tombe sous 7 chefs d’inculpation. Il est entre autre accusé d’être le responsable de la mort des civils tués dernièrement. La manœuvre est une manœuvre de diversion pour une autorité dans son dernier souffle selon madame Ihanta. Elle de poursuivre « Tant pis si je serai arrêté, on se battra jusqu’au bout ». Le Colonel Ralitera est retenu à Ambohibao par la cellule d’enquête de la HAT. Les dispositions légales sont en cours dans cette affaire a déclaré la dirigeante du mouvement des femmes légalistes.

Brèves du mardi 28 Avril 2009


  • Un rassemblement sera organisé mardi a annoncé Constant Raveloson, un des dirigeants du mouvement des légalistes. Les manifestants seront réunis dans un lieu précis où ils recevront les consignes.

  • Des coups de feu ont retenti au 67 ha près du domicile de maître Avoko. Celui – ci avait samedi donné un ultimatum de 24 heures ouvrables à la HAT pour calmer la situation.

mardi 28 avril 2009

Midi-Madagascar : La Haute Cour Constitutionnelle vient de donner partiellement raison à Marc Ravalomanana dans sa décision 03/ HCC/ D2

Requêtes des « légalistes ». La Haute Cour Constitutionnelle vient de donner partiellement raison à Marc Ravalomanana dans sa décision 03/ HCC/ D2 du 23 avril.
Revirement de la HCC

Inconstitutionnalités. La HCC a considéré que tout le processus qui a abouti à l’installation de Andry Rajoelina n’est pas conforme à la Constitution : du transfert de pouvoir de Ravalomanana vers le directoire , puis du directoire vers Andry Rajoelina , rien n’a été fait dans le respect de la Constitution . La position de la HCC a étonné nombreux observateurs car elle revient quelque peu sur ce qu’elle a déclaré il y a un mois. On se souvient que le 18 mars dernier, la HCC dans une lettre adressée à Andry Rajoelina a déclaré « valide » l’ordonnance faite par Ravalomanana qui a transféré les pleins pouvoirs à un directoire militaire et l’ordonnance qui a transféré ces pouvoirs à Andry Rajoelina. Mais voilà que la HCC effectue un revirement puisque elle déclare dans sa décision du 23 avril 2009 que l’ordonnance adoptée par Marc Ravalomanana « ... ne répond pas aux conditions et formes fixées par la Constitution ... », que cette ordonnance « ... ne saurait être conforme aux dispositions constitutionnelles... ». La HCC rajoute également « ... qu’aucune disposition constitutionnelle ne prévoit l’existence du directoire militaire ... ». Enfin, évoquant l’installation du Président de la Haute autorité de la Transition , la HCC dit que « ... cette structure n’est pas prévue par la Constitution ... » .

Contradiction flagrante. Il y a contradiction flagrante entre la position de la HCC du 18 mars 2009 et sa position du 23 avril 2009 dernier. Il est vrai que les circonstances ont évolué en un mois et sans doute que la pression sur la HCC était trop forte au mois de mars et peut-être a-t-elle retrouvé un peu plus de sérénité. En tout état de cause, il est difficile de ne pas tenir compte de cette nouvelle donne de la décision du 23 avril 2009 d’autant plus qu’il s’ agit d’une véritable décision juridictionnelle alors que l’on se souvient que c’était par une simple lettre que la HCC avait pris acte du transfert de pouvoir entre Ravalomanana et le directoire militaire d’une part et du directoire vers Andry Rajoelina d’autre part. La HCC finalement vient conforter la position de la communauté internationale sur le régime de la transition.
A quel dessein la HCC a-t-elle opéré ce revirement ou à quel jeu joue t-elle car finalement au lieu de clarifier la situation, la HCC l’a rendue encre plus floue.

Cette nouvelle donne juridique va obliger les protagonistes de cette crise à reconsidérer leurs positions respectives. C’est sans doute ce à quoi la HCC a voulu aboutir en déclarant que « ... la transition requiert une large concertation dans un cadre participatif et inclusif réunissant toutes les forces vives de la nation... ».

RAJAOFERA Eugène
http://www.midi-madagasikara.mg/midi/index.php?option=com_content&task=view&id=13584

Le directeur de la sécurité de la HCC arrêté (27 Avril 2009)

Le directeur en charge de la sécurité de la Haute Cours Constitutionnel a été arrêté par les militaires du CAPSAT. Le Commandant Charles a été vu sur les lieux frappant le Colonel Andrianandraina Ralitera, époux de Madame HANTA, Secrétaire Général du parti TEZA, chef de fil du mouvement des femmes légalistes. Des documents ont par ailleurs été emmenés par les militaires. La situation a eu lieu l’après midi, des tirs ont été entendus autours de la HCC. Les informations de la Télévision Nationale ont annoncé que les forces de l’ordre ont procédé à cette arrestation parce que le Colonel Ralitera est accusé d’être le responsable de rafales de tirs à Ambohijatovo qui a causé la mort d’une bouquiniste et d’attaque au niveau de la gendarmerie. Vendredi 24 avril, une libraire d’Ambohijatovo a été tuée par balle à la tête tirée par des forces militarisées armées dans un 4x4.

Emprisonnement avec sursis (27 Avril 2009)

21 personnes arrêtées durant les manifestations des légalistes la semaine derrière écopent d’une peine d’emprisonnement de 6 mois avec sursis. Leur procès a eu lieu ce jour pour le motif destructions de biens publiques. Pour les mineurs qui ont été appréhendés, ils ont été remis à leur famille ; leur affaire sera portée au niveau du tribunal pour mineur. Concernant les parlementaires qui ont été mis sous mandat de dépôt à la suite de l’audience au parquet de samedi, leur procès aura lieu incessamment. Ils sont accusés d’atteinte à la sécurité intérieure, de complicité dans la destruction de bien d’autrui et de bien public et d’avoir donner de l’argent à des manifestants.

Ambohijatovo – Place de la tuerie (27 Avril 2009)

La manifestation des légalistes se poursuivra et les parlementaires tiendront une réunion le 05 mai ont souligné les députés légalistes au cours d’une conférence de presse cet après – midi. La mobilisation continue malgré les intimidations a déclaré Raharinaivo Andrianatoandro. Ce matin, les légalistes se sont rassemblés autours de la place de la démocratie. Les militaires et policiers ont déjà quadrillé les lieux et ont commencé à disperser les manifestants. Ces derniers ont dressé des barrages que les forces militaires s’empressaient de démanteler. Des manifestants ont été arrêtés durant les courses poursuites. Un 4x4 blanc sans immatriculation plein de policiers cagoulé est descendu à Analakely vers 13h10 au niveau des toilettes publiques. Les policiers ont fouillé tour à tour les hommes qui sortaient des toilettes, certains ont été frappés.

Vers le milieu de l’après – midi, un des dirigeants du mouvement, le Révérend Andrianarijaona, a approché les militaires qui lui ont déclaré qu’ils ne faisaient que suivre les ordres de ne pas laisser les légalistes manifester.

La place de la démocratie n’est plus une place de la démocratie a déploré le député Raharinaivo. C’est une place de tuerie où les militaires ne laissent plutôt leurs armes s’exprimer mais pas les opinions.

Brèves du lundi 27 Avril 2009

- L’arrestation des 4 parlementaires est illégal ont souligné les députés légalistes ; ces parlementaires sont encore en fonction et ont encore leur immunité.

- Une manifestation des légalistes a été dispersée par les forces à Antsirabe dans la région de Vakinankaratra. Plusieurs personnes ont été arrêtées, il y a eu des blessés.

- La police nationale a annoncé qu’elle continuera les fouilles et les investigations concernant les différentes atteintes à l’ordre public.

Soutien à Vonjy

Notre collègue Andriamamonjy Mahavonjiniaina (VONJY) a été déferré au Parquet et envoyé en mandat de dépôt à la prison d'Antananimora. Son procès est fixé au 30 avril. Ceci veut dire qu'il reste en prison, au moins jusqu'au 30 avril.

Son "crime": il a simplement dit "non, il ne faut pas tuer des malagasy", aux militaires en train de tirer sur des personnes en train de fuir devant le ministère de l'eau, dont l'un a dit "il faut qu'on en tue au moins un".

Ceci est la vérité, car il y a plusieurs membres du personnel du ministère de l'eau, qui ont été témoins de ce qui s'est passé, qui ont entendu Vonjy dire cette phrase, et qui sont prêts à témoigner partout où ce sera nécessaire. Vonjy a été roué de coups de poings, de coups de pieds, et de coups de crosse de fusil. D'après certain qui l'ont vu de près, il est blessé.

Des hauts responsables au sein du ministère de l'eau et d'organismes partenaires du secteur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène, confirment que Vonjy ce matin là était normalement au travail.Il était d'ailleurs en train de préparer la mission pour des actions d'urgence à Manakara-Mananjary.

Je m'adresse à vous tous, notamment tous les ingénieurs et cadres de sa promotion, nos amis de la région de Sofia, de cluster Wash, de l'Unicef, avec qui Vonjy a eu à travailler, pour mettre en place les infrastructures d'eau potable et d'assainissement dans le cadre des activités d'urgence post-cycloniques, pour la vulgarisation de rota-sludge , pour le développement de la Base de données de l'eau et de l'assainissement, pour vous demander de bien vouloir prier pour lui, pour le soutenir, et surtout d'exprimer un soutien pour exiger sa libération immédiate.

Faites circuler cet appel au soutien de notre collègue.

R.H.

dimanche 26 avril 2009

OFFICIAL PRESS RELEASE, MARC RAVALOMANANA

HIS EXCELLENCY, MARC RAVALOMANANA
PRESIDENT OF THE REPUBLIC OF MADAGASCAR


Pretoria, Saturday 25th April 2009

I want to express my deepest sympathy to the victims in Madagascar who have suffered at the hands of the HAT’s violent and repressive crackdown against the people over the past week. To the victims and families of those affected by this week’s violence, I am moved by your pain and suffering. I hear your cries for peace, democracy and the re-establishment of rule of law. There is no place in any society for what is happening today in Madagascar.

In the past week dozens of innocent civilians have been killed by a small number of violent CAPSAT soldiers in Antananarivo. An almost equal number have been injured with many suffering from gunshot wounds.

There were confirmed reports of soldiers preventing families of the victims from entering the main hospital in Antananarivo and this is an egregious violation of basic human rights. A number of lawmakers from the democratically elected government, including the well respected Senator Rabenatoandro Lanto, have been rounded up and arrested.

They remain in prison. Again, it is against rule of law and democratic principles to arrest politicians for no reason other than political differences.

I condemn these acts of violence directed at our peaceful civilian population by a small group of armed rebels. I call on the military, gendarmerie, and police to protect the people and maintain peace. The violence and threats inflicted by a few hundred mutinous military thugs needs to be stopped. I support the international effort led by SADC and the AU to help restore peace and constitutional normalcy without delay.

Quick and decisive action from the international community is required if we are to prevent further loss of innocent life. We cannot let the HAT continue to perpetuate lies at the expense of the people.

The HAT’s repressive actions have to be stopped.

I appeal to all stakeholders in Madagascar to continue to peacefully stand against this violence and repression. The will of the people cannot be denied. National solidarity is very important at this time. I encourage the people of Madagascar to let their voice be heard in the name of democracy. As part of my responsibility as the President of the Republic of Madagascar, I plan on working with all lawful parties interested in a peaceful outcome to achieve immediate restoration of a constitutional government when I return.

His Excellency, Marc Ravalomanana
President of the Republic of Madagascar

Coups de semonce (25 Avril 2009)

La course poursuite a repris samedi entre les militaires et les partisans de la légalité. Les forces militarisées ont dispersé les groupes épars de manifestants de la légalité qui s’étaient donnés rendez – vous à Ambohijatovo. Les tirs ont retenti d’Ambohijatovo à Mahamasina où un groupe de manifestant était descendu après avoir attendu quelques minutes à Ambohijatovo. Des barrages ont été érigés un peu partout par les manifestants mais les forces militarisées les enlevaient à chaque passage. Une personne a été blessée à Mahamasina, des personnes ont été par ailleurs arrêtées.

MD pour les parlementaires (25 Avril 2009)

Les quatre parlementaires arrêtés par les forces militaires armées jeudi ont été déferrés au parquet ce matin. Ils ont été placés sous mandat de dépôt, trois ont été emmené directement à la prison d’Antanimora tandis que le sénateur Lanto Rabenatoandro a été transféré à l’hôpital. Ce dernier est arrivé sous sérum au tribunal. L’enquête de fonds va se poursuivre lundi d’après un des avocats des parlementaires. L’affaire des parlementaires a été par ailleurs envoyée au BIANCO. Les forces militaires ont accusé les députés d’avoir payer des manifestants.

Neuf autres personnes arrêtées pour avoir ériger des barrages ont été auditionnées. Elles ont toutes été placées sous mandat de dépôt, leur procès est prévu mardi prochain.

La SADC en évaluation (25 Avril 2009)

Les envoyés de la SADC ont rencontré le Premier Ministre Manandafy Rakotonirina et une délégation des partisans de la légalité cet après – midi. Une réunion d’information au cours de laquelle la SADC a entendu la position des légalistes vis – à – vis de la situation que vit le pays actuellement. Le Premier Ministre et la délégation ont réitéré leur revendication: le retour à l’ordre constitutionnel, donc le maintien des institutions et ont fait part des autres étapes qu’est entre autre la mise en place d’un gouvernement d’ouverture. Compte tenu de la situation actuelle, la délégation a demandé l’aide de la Brigade de la SADC. La SADC est encore en train d’écouter toutes les parties prenantes. Malgré la suspension de Madagascar dans les organes de l’organisation, la SADC a manifesté son soutien pour aider le pays à sortir de la crise actuelle, un émissaire permanent viendrait dans la grande île d’après les informations. La SADC va statuer dans quelques jours, la réunion a duré plus d’une heure trente.

Le matin, la délégation de la SADC a rencontré le ministre des affaires étrangères de la HAT. Selon Ny Hasina Andriamanjato, la SADC est venue pour épauler la HAT dans la résolution de la crise actuelle. Selon lui, un groupe de contact composé d’organisations internationales et des pays partenaires sera mis en place pour épauler la HAT dans l’accompagnement de son gouvernement vers la résolution de la crise et l’organisation d’une élection.

Rajaonarivelo Pierrot pour l’amnistie générale (25 Avril 2009)

Le secrétaire national du parti AREMA (parti de l’ancien Président Didier Ratsiraka) est arrivé vers 13h samedi après 7 ans d’exil. Il a été accueilli par ses partisans, mais la grande fête prévue pour son retour a été annulée. Une fête privée a été organisée à son domicile.

A son arrivé, Rajaonarivelo a manifesté son soutien à Andry Rajoelina et sa volonté à collaborer avec la HAT. Au cours de sa première rencontre avec la presse, il a déclaré l’urgence de la tenue d’une conférence nationale dont la principale finalité est l’amnistie générale. Le Fihavanana devrait être rétabli a t – il déclaré, la transition devrait aussi être concertée. D’autres exilés ont accompagné Rajaonarivelo dont Maharante Jean De Dieu, ancien gouverneur de Tuléar et RASOJA Charles, ancien ministre du temps de Didier Ratsiraka.

samedi 25 avril 2009

GUINEE, MAURITANIE, MADAGASCAR, L’OIF maintient la suspension

(Pana) - L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a annoncé hier le maintien de la suspension de la Guinée, de la Mauritanie et de Madagascar à cause de la situation politique qui prévaut dans ces trois pays.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, à Paris, de son Conseil permanent, l’OIF déplore la décision de la junte au pouvoir en Mauritanie de maintenir de « façon unilatérale la tenue des élections présidentielles le 6 juin ». « Concernant la Guinée, les membres du Conseil ont pris note des avancées du processus de transition en cours. Ils se sont félicités de la cohésion et de l’action de la Communauté internationale et ont décidé de maintenir la suspension de ce pays en attendant que soient complétés et formalisés les engagements pris pour une transition rapide et acceptable », souligne l’OIF. Abordant la situation politique au Madagascar, le Conseil souligne n’avoir noté aucune évolution positive depuis l’éviction du président Marc Ravalomanana.

« Les représentants des chefs d’Etat et de gouvernement ont maintenu les mesures de suspension [du Madagascar] prises le 2 avril 2009 compte tenu des incertitudes persistantes qui caractérisent la situation dans ce pays », lit-on dans le communiqué. La réunion d’une journée du Conseil a été ouverte par le secrétaire général de l’OIF, l’ancien président du Sénégal de 1981 à 2000, Abdou Diouf.

http://www.sudonline.sn/spip.php?article17926

Deux nouvelles victimes à Antananarivo (24 Avril 2009)

Deux personnes ont été tuées par balle vendredi durant des tirs nourris commis par des forces militarisées armées. La première personne, une libraire de rue, a été touchée à la tête à Ambohijatovo. Elle a été atteinte d’une balle quand elle avait voulu fermer son kiosque de livre. La seconde victime, un homme, a été tuée aux environs de l’hôpital à Anosy.

Vendredi, les tirs de grenade lacrymogène et les tirs ont repris à Ambohijatovo pour disperses les personnes qui se regroupaient autours de la place de la démocratie. Le rapport de la situation de la croix rouge fait état de quelques blessés par balle.

Direction Palais du Premier Ministre (24 Avril 2009)

Les manifestants de la légalité ont pris la direction de Mahazoarivo où les bureaux de la primature se situent. Le mouvement des femmes a ouvert la marche. Ces dernières s’étaient retrouvées le matin pour une marche pacifique dans la ville d’Antananarivo. Des barrages ont été élevés par les manifestants autours de Mahazoarivo. Devant le palais, à une centaine de mètres, une barricade a accueilli les manifestants, des militaires étaient présents dans le palais ainsi que des gendarmes de la gendarmerie près le palais. Ces derniers ont préféré y tenir un sit – in et n’ont plus avancé.

Aux environs de 14 h, trois voitures 4X4 remplis de militaires armées ont surgit. Les militaires faisaient feu tandis qu’ils avançaient en direction des manifestants. Ces derniers se sont dispersés et ont quitté l’endroit avant que les voitures ne les atteignent.

Les partisans de la légalité avaient l’intention de mettre en place le Premier Ministre Manandafy Rakotonirina. Celui – ci a été aperçu sur les lieux et a pu se sauver avant l’arrivée des forces militaires armées.

Exilés jusqu’au 26 juin ( 24 Avril 2009)

Les exilés politiques ne doivent pas encore revenir dans le pays. Pour la HAT, d’après un communiqué de leur Premier Ministre, les exilés politiques devront attendre l’issu de conférences nationale et régionales avant de se décider à rentrer à Madagascar. La raison évoquée est la sécurité et le calme pour le retour de ces exilés. Ces conférences devraient se tenir avant le 26 juin. Pour les partisans de Pierrot Rajaonarivelo, Secrétaire National du parti AREMA, ce dernier arrivera samedi après midi quoi qu’il se passe. Ils ont prévenu qu’ils se lèveront contre tous ceux qui voudraient bloquer son arrivée. Pierrot Rajaonarivelo fait encore l’objet d’un mandat d’arrêt.

Silence radio pour Fahazavana (24 Avril 2009)

Deux camions de militaires et une voiture de police sont venus à Faravohitra prendre les matériels de la radio Fahazavana, radio de l’église protestante FJKM. Ayant entendu leur arrivée, les employés de la radio ont pris la fuite. Les militaires ont forcé la porte de la maison où la radio émet et ont pris les matériels de diffusion. Les militaires sont aussi passés dans la maison du gardien et ont « volé » les effets scolaires des enfants, les chaussures des enfants, de l’argent et même jusqu’à la nourriture qui se trouvait dans les marmites a témoigné la femme du gardien. Cette dernière a dénoncé la violence des militaires durant leur « opération ».

En une semaine, la radio Fahazavana a ainsi été la proie de deux actes de dévastation. Dimanche dernier, des militaires avaient déjà été à Faravohitra pour récupérer, d’après les informations, les matériels de la radio Mada et de la Télé Mada qui étaient installés près de la radio Fahazavana. Notons que ces chaînes sont parmi les rares médias qui diffusent en constance les informations sur la manifestation des partisans de la légalité.

Brèves du vendredi 24 Avril 2009


  • Rentrée solennelle à l’université d’Antananarivo. Le comité intérimaire de gestion a été présenté au cours de la cérémonie d’ouverture de l’année universitaire 2009.

  • La HAT a fait ce qu’elle appelle un grand déballage. Elle accuse le gouvernement Ravalomanana de malversation et de fraude.

Communiqué de presse (24 Avril 2009)

Les Emissaires de l’Union Africaine et de l’Organisation des Nations Unies à Madagascar, MM. Ablassé OUEDRAOGO et Thiébilé DRAME, expriment leurs profondes préoccupations devant l’escalade de la violence observée à Antananarivo depuis le début de cette semaine et condamnent toutes les formes de violence d’où qu’elles viennent. Ils présentent leurs condoléances aux familles endeuillées.

Ils rappellent l’importance du respect par tous des droits humains et de la dignité des personnes, même dans un contexte de crise.

Ils lancent un appel à tous les acteurs politiques malgaches à plus de tolérance et de retenue en vue de l’instauration d’un climat d’apaisement et de sérénité, conditions indispensables pour la reprise du dialogue politique inclusif en vue d’une sortie pacifique et consensuelle de la crise.

Les Emissaires de l’Union Africaine et de l’Organisation des Nations Unies à Madagascar rappellent que le retour à l’ordre constitutionnel dans les plus brefs délais à travers l’organisation d’élections libres, justes, transparentes et équitables, demeure une exigence de la communauté internationale.

Antananarivo, 24 avril 2009.

jeudi 23 avril 2009

Madagascar - Les militaires tabbasent un passant (23 avril 2009)

Les militaires à l'œuvre. Ils tabassent ici un passant à Antananarivo lors de la répression de la manifestation de légalistes. La personne qui prend la vidéo a été agressée, elle est sous le choc m...
source : theloveofmada | http://www.youtube.com/user/theloveofmada

Poursuite sanglante des légalistes ( 23 Avril 2009 )

Depuis le matin, les forces militarisées ont quadrillé la place de la démocratie Ambohijatovo pour empêcher les manifestants de la légalité de pénétrer dans les lieux. Ceux – ci sont arrivés petit à petit et s’étaient regroupés aux alentours de la place. Les manifestants ont été appelés par un leader du mouvement à quitter les lieux et à rejoindre trois points de ralliement « pour éviter les affrontements ». Les directives allaient être données au niveau de ces points.

Les manifestants d’Ambohijatovo ont ainsi commencé une marche vers 11h pour rejoindre Ankazotoha, un des lieux déterminés.

Moins de trente minutes plus tard, les tirs ont retenti. Des militaires sont apparus du côté du ministère de l’eau et ont dispersé la foule. Aucun tir de dispersion par gaz lacrymogène n’a été effectué à ce niveau. Les manifestants se sont éparpillés dans les quartiers environnants. Des tirs de grenades assourdissantes, de grenades lacrymogènes et de balles ont raisonné, les forces de répression pourchassant les manifestants jusque dans les ruelles.

Les manifestants ont commencé à ériger des barrages

Le face à face a été plus intense à Anosy près de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona. Les éléments des forces militarisés sont arrivés par camion et dans des voitures 4X4. Les tirs ont duré jusque dans la soirée. Par ailleurs, les forces militarisées ont procédé à une arrestation musclée de plusieurs personnes dont deux députés et deux sénateurs. Ces derniers ont été emmenés au niveau de la commission d’enquête de la HAT.

Bilan provisoire : 1 mort et une trentaine de blessés, dont une dizaine par balle, enregistrés à la HJRA.

Déclaration du Premier Ministre MANANDAFY RAKOTONIRINA

L’Etat légal ne restera pas les bras croisés face aux évènements de jeudi, il va sévir contre ceux qui ont procédé aux arrestations. Relâchez les personnes qui ont été arrêtées, les députés et sénateurs ont des statuts particuliers. Relâchez les femmes et enfants, ne les utilisez pas comme otage.

La communauté internationale devrait voir les blessés ( 23 Avril 2009)

Pour Raveloson Constant, un des leaders du mouvement pour la légalité, ce qui s’est passé jeudi est ce qu’il a dit depuis quelques semaines. Ceux qui ont commis le coup d’Etat n’ont plus que la force comme moyen pour réprimer leur opposant. Ce qui a été commit à l’Episcopat Antanimena (le 17 mars) s’est répété avec les députés et les sénateurs, l’utilisation de la force pour résoudre leur « problème ». Pour le porte parole du Premier Ministre, ce n’était pas une arrestation de député et de sénateur mais un enlèvement de personnalité d’une institution de la république.

Revenant sur les évènements, il a déclaré que la population voulait seulement s’exprimée. En voulant éviter un affrontement en quittant Ambohijatovo, le peuple a été pourchassé jusque dans un hôpital où il était la cible de tir et d’arrestation.

Lui de déclarer que la communauté internationale devrait voir les blessés à l’hôpital.

Il a par ailleurs appelé l’armée à reprendre conscience.

C’est à la justice de juger la HAT (23 Avril 2009)

Le Président Marc Ravalomanana refuse de partager le pouvoir avec Andry Rajoelina est les membres de la Haute Autorité de Transition. « Ils ont enfreint à la loi en commettant un coup d’Etat » c’est à la justice de les juger et de prendre les décisions les concernant. Le Président promet de revenir le plus tôt possible. Il est actuellement en train de poursuivre son travail à la recherche de solution pour le retour de l’ordre et le développement de Madagascar pouvait – on lire dans un communiqué officiel de la Présidence de la République de Madagascar relatant le déplacement du Président Marc Ravalomanana à Prétoria mardi.

La hiérarchie militaire est bafouée ( 23 Avril 2009 )

Ce qui s’est passé à Madagascar est un coup d’Etat a annoncé le Vice Amiral Ranaivoniarivo durant la passation entre lui et le Ministre des forces armées de la HAT jeudi. Le monde a été témoin des évènements, dont il a été l’un des victimes. Il est revenu sur la situation du 10 mars au cours d’un cours interview avec la presse « ce qu’on m’a fait m’importe peu » a – t – il déclaré « malgré la peine que je ressente. Ce qui est le plus pénible est ce qui a été commis à un général, une personne qui représente la hiérarchie. Son autorité a été bafoué ». Le 10 mars dernier, le Vice Amiral Ranaivoniarivo a été forcé a démissionné par les éléments mutins du CAPSAT. Il laisse au Ministre de la HAT le soin de remettre de l’ordre dans l’armée.

Brèves du jeudi 23 Avril 2009


  • Invité sur le plateau de la Télévision nationale, le ministre des forces armées de la HAT a déclaré qu’ils vont poursuivre ce qu’ils ont commencé aujourd’hui et qu’ils ne laisseront pas les manifestants légalistes à entrer à Ambohijatovo

  • Les femmes légalistes se donnent rendez – vous vendredi pour une autre mobilisation

  • Une passation de service a été organisée au sein de la Police Nationale

  • Reporters sans frontière dénonce le retour de la censure dans le monde des médias à Madagascar. L’organisation pointe du doigt notamment l’interdiction de diffusion des manifestations des légalistes au niveau des chaînes publiques (télé et radio) et la prise des émetteurs de la radio et télé mada


Revue de presse

Madagascar: 36 blessés dans des incidents entre police et pro ...

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hG-mQwzLc9nptoV-44x2rSnaCQ6A


Manifestation pro-Ravalomanana et incidents à Madagascar

http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5hXQazlZGJDM60JmFfoSzYnCDHUQQ


Marc Ravalomanana refuse de partager le pouvoir à Madagascar

http://www.lexpress.fr/actualites/2/marc-ravalomanana-refuse-de-partager-le-pouvoir-a-madagascar_756097.html


Flash info du 23 avril

Les légalistes n'ont pas pu tenir leur manifestation sur la place de la démocratie. La force de repression militaire avait encerclé le jardin depuis le matin. Les legalistes ont évité un affrontement et ont préféré quitter les lieux pour se rallier sur trois points dans la ville, la direction n'a pas été dévoillée. La foule qui s'étaient regroupée aux environs de la place de la démocratie a entrepris une marche pour rejoindre l'une des places de ralliement. Vers 11h, les tirs ont retenti, des militaires ont stoppé et dispersé la marche à coup de tir, sans sommation ni dispersion par grenade lacrymogène.

Stratégie en préparation (22 Avril 2009)

Des milliers de manifestants légalistes s’étaient retrouvés sur la place de la démocratie ce jour malgré l’interdiction de la HAT de toute manifestation publique. Selon les dirigeants du mouvement, ce n’est pas l’opposition qui va décider de l’arrêt de cette mobilisation pour la légalité.

La manifestation du jour a été courté. Aucun discours politique n’a été tenu, la journée étant consacrée aux funérailles d’un des victimes des répressions policières de Lundi à Anosy. Un adieu à Randriamanjato Richard a été organisée après la veillée mortuaire de la nuit de lundi jusqu’à mardi matin. Le corps de la victime a quitté la place de la démocratie vers 11h00. Des leaders du mouvement sont passés rendre un dernier hommage aux victimes de la tuerie. Constant RAveloson d’annoncer que le mouvement est en préparation de la stratégie pour continuer la manifestation.

Le mouvement retrouvera la place de la démocratie jeudi.

Dialogue et réconciliation (22 Avril 2009)

C’est aux malgaches de trouver une solution politique inclusive à la crise actuelle. La déclaration est de Jean Marc Chataîgner, Ambassadeur de France au cours d’une interview sur une chaîne privée. Monsieur Chataîgner s’est dit préoccuper par la situation, par les violences et dit souhaiter le retour de la paix et la réconciliation nationale. Selon lui, la position de la France est claire, le retour normal à la constitution, il déclaré avoir fait le tour de toutes les parties, pas seulement politique, mais également les hommes d’église, les ONG, la société civile. Aux questions du journaliste sur la reconnaissance du gouvernement par la France, Jean Marc Chataîgner a répondu que la reconnaissance n’est pas la priorité, quand le calme reviendra, il n’y aura pas de problème pour la France et la communauté internationale de reconnaître le gouvernement de Madagascar.

Grève contre les gendarmes (22 Avril 2009)

Les transporteurs d’Ivato ont fait la grève aujourd’hui. Les chauffeurs de taxi – be ont dénoncé le comportement des gendarmes de circulation sur l’axe Ivato Aéroport. Selon un représentant des transporteurs, les gendarmes mis sous violon des chauffeurs et aides chauffeurs parce que leurs véhicules ne disposaient pas des premiers exigés par le cahier des charges (trousse de premier secours, extincteur…). La fourrière est la sanction définie pour pareil infraction s’étaient plaint les transporteurs. Une réunion est prévue entre les transporteurs et les gendarmes jeudi pour démêler la situation.

Brèves du mercredi 22 Avril 2009


  • La décision du tribunal de référé concernant le blocage des comptes du groupe TIKO et du couple présidentiel sortira le 29 Avril prochain. L’audience s’est tenue ce matin à Anosy. Selon les avocats du groupe Tiko, la saisie - arrêt des comptes comporte un vice de forme et de fond. Par ailleurs, la qualité du ministre des finances de la HAT dans l’affaire a été questionnée au cours de l’audience.

  • Une manifestation d’opposition à la HAT a été tenue par les légalistes à Miarinarivo. Les partisans de la légalité ont dénoncé au cours d’une marche pacifique les actes de la HAT et le coup d’Etat commis par Andry Rajoelina. Face à la situation, le chef de région de la HAT n’a pas pu être installé

  • Selon la HAT, le policier qui a été tué au cours de la violente répression de la manifestation des légalistes lundi est mort en fonction et a été ainsi décoré du grade de chevalier de l’ordre national. Il avait selon la HAT infiltré le mouvement des légalistes. Pour la famille de la victime, le policier en question était un manifestant légaliste. Une balle l’a atteint à la tête lundi

    • Le mouvement de grève des employés de la Banque Centrale s’est poursuivi.

    • Le domicile d’un membre de la HAT a été la cible d’attaque dans la nuit de mardi.

    • Le ministre des transports de la HAT a pris ses fonctions ce jour

    • 19 nouveaux directeurs ont été nommés au niveau de la gendarmerie



La SADC va à Madagascar pour pousser Rajoelina à "restituer le pouvoir"

MBABANE - Une mission de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) devait se rendre mercredi à Madagascar pour tenter de convaincre les autorités de transition de "restituer le pouvoir" à Marc Ravalomanana, le président qu'elles ont évincé mi-mars, a annoncé le Swaziland.


"Ce mercredi, une mission diplomatique de haut niveau quitte le Swaziland pour Madagascar", a déclaré à la radio publique de son pays le ministre swazi des Affaires étrangères Lutfo Dlamini. "Elle sera suivie par une délégation de la troïka ministérielle menée par moi-même".


Mbabane préside actuellement la "troïka", organe de sécurité de la SADC.


Lâché par l'armée et confronté à une grave crise politique, Marc Ravalomanana a remis le 17 mars ses pouvoirs à un directoire militaire qui les a immédiatement transférés à Andry Rajoelina, alors chef de l'opposition, et désormais à la tête d'une Haute Autorité de transition (HAT).


"Nous impliquons toutes les parties concernées (dans les discussions) et il serait faux de dire que la SADC utilisera l'armée pour chasser Rajoelina, mais nous voulons qu'il restitue le pouvoir au président légitime", a affirmé le ministre swazi.


La SADC a suspendu Madagascar de ses instances et Marc Ravalomanana, qui a quitté son pays depuis son éviction du pouvoir, a rencontré ces derniers jours les présidents d'Afrique du Sud Kgalema Motlanthe et du Botswana Ian Khama.


"Pour prouver son attachement à la démocratie, le président Ravalomanana a assuré à la SADC et à la troïka qu'il organiserait de nouvelles élections avant la fin de l'année pour légitimer sa présidence", a fait valoir Lutfo Dlamini.


Lors de ses entretiens avec les dirigeants d'Afrique australe, Marc Ravalomanana a dit vouloir rentrer dès que possible sur la Grande Ile de l'océan Indien, où ses partisans manifestent quotidiennement en faveur de son retour.


Lors de la répression lundi d'une de ces manifestations par les forces de l'ordre, deux personnes ont été tuées et 20 autres blessées.


Une fois rentré à Madagascar, le président évincé propose de former un gouvernement d'union nationale. "Former un gouvernement ouvert à tous qui respecte la Constitution est un pas extrêmement important et urgent pour rétablir l'ordre constitutionnel à Madagascar", a-t-il dit lundi à la presse à Johannesburg.


Cité par le journal gouvernemental du Botswana The Daily News, Marc Ravalomanana a assuré avoir déjà rencontré le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping, ainsi que le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, actuellement à la tête de l'organisation continentale.


(©AFP / 22 avril 2009 10h56)

mercredi 22 avril 2009

Communiqué officiel, Présidence de la République de Madagascar

Johannesburg, Lundi 20 Avril 2009

Son Excellence, Marc Ravalomanana, le Président de la République de Madagascar, a rencontré la presse internationale ce matin à Johannesburg, et s’est entretenu sur la nomination de son nouveau Premier Ministre et ses projets de retour à Madagascar.

Le Président Ravalomanana a confirmé qu’il est toujours le Président de Madagascar, élu démocratiquement en conformité avec la Constitution Malgache. En tant que Président, il assume « l’entière responsabilité du respect de la Constitution et de l’état de droit ». En vertu de l’article 53 de la Constitution, il a nommé Manandafy Rakotonirina Premier Ministre. Le nouveau Premier ministre aura pour mission de choisir et de proposer des Ministres, en vue de rétablir un Gouvernement légal.

Le Président a annoncé qu’il entend « travailler avec toutes les parties prenantes qui respectent la Constitution, l’Etat de droit et la démocratie, en vue d’une solution pacifique à la crise ». Il a rappelé à toutes les entités que « l'intérêt de la nation prime sur tous les autres intérêts ».

Le Président Ravalomanana a également déclaré que « la création d’un gouvernement de consensus qui respecte la Constitution est une étape extrêmement importante et urgente pour la voie du retour à l'ordre constitutionnel à Madagascar ».

Il a rappelé à la presse que de nombreuses réalisations ont été accomplies depuis son élection en 2002, et que Madagascar est le premier pays à qualifier pour le Millenium Challenge Account en 2004, en reconnaissance de la bonne gouvernance et de la bonne politique économique. Le Président Ravalomanana a également parlé du Madagascar Action Plan (MAP), un programme de développement audacieux et ambitieux, établi en 2007 pour une période de cinq ans. Il s’est dit extrêmement attristé que tous les progrès du MAP ait été stoppés, voire même contrecarrés, y compris les réformes fondamentales de l’éducation, auxquelles les bailleurs de fonds ont octroyés d’énormes aides financières.

Il a réitéré que « tous les pays du monde entier ont unanimement condamné les évènements de Madagascar en tant que coup d'état », et que sa « décision d'aller de l’avant avec le nouveau Premier ministre et le Gouvernement de consensus est la meilleure option pour sortir de la crise, et d’assurer le rétablissement de la paix et de la sécurité à Madagascar ».

Le Président a remercié les pays de la SADC et de l'Union Africaine pour leur soutien et les engagements qu'ils ont pris. Il a également remercié les milliers de partisans qui organisent des manifestations quotidiennes à Madagascar, ainsi que les manifestants en France et à la Réunion. Il a déclaré que cela montre réellement la solidarité internationale qui existe entre malgaches. Il a également remercié le mouvement des femmes malgaches pour leur courage et leur détermination, et il a annoncé que de telles initiatives sont nécessaires pour aider le nouveau Premier ministre à accomplir sa mission.
Le Président Ravalomanana a également parlé de la réunion récente des pays membres du G20 et de leur soutien au pays en voie de développement. Il a déclaré qu’il espère un jour pouvoir compter une fois de plus sur leur soutien, une fois l’état de droit et l’ordre constitutionnel rétablis à Madagascar.

Le Président a ensuite répondu aux questions des journalistes.
Traduction de l’anglais.

Ambohijatovo en deuil – Réconfort aux blessés (21 Avril 2009)



Les partisans de la légalité ont rendu hommage à leur compagnon tué hier durant les échauffourées à Anosy. Le cercueil d’un des victimes a été emmené sur la place de la démocratie où les manifestants tiennent une veillée mortuaire. Intervenu en direct par téléphone, le Président Ravalomanana, qui se trouve actuellement au Botswana, a présenté ses condoléances aux familles des victimes. Il a en outre remercié la population de soutenir indéfectiblement la légalité.

Il a promis de faire tout son possible pour revenir le plus vite possible dans le pays. 2 personnes ont trouvé la mort dans la violente répression de la manifestation des légalistes lundi. Une vingtaine de personne ont été blessées, quelques uns reçoivent encore des soins au niveau de l’hôpital joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA). Ce matin, des leaders de la manifestation sont venus soutenir et apporter du réconfort aux blessés et présenter leurs condoléances aux familles des victimes. Le mouvement prendra en charge les soins de ces blessés.

Le mouvement des légalistes se raffermit (21 Avril 2009)

Le Premier Ministre Manandafy Rakotonirina prendra une grande décision cette semaine concernant l’armée a annoncé Rakotoamboa Noel au cours du rassemblement des légalistes ce mardi. Lui de poursuivre que Andry Rajoelina ne peut pas quitter le pays parce qu’il doit répondre de ses crimes, une déclaration lancée particulièrement à l’endroit de l’ambassadeur français. Le mouvement des légalistes va se renforcer et ne s’arrêtera que jusqu’à satisfaction.

Les dirigeants du mouvement sont revenus sur les évènements de lundi. Constant Raveloson d’interpeller les forces de l’ordre sur les violences qui ont été commises par certains de leurs éléments. Ils ne méritent plus d’être appelés forces de l’ordre a – t – il ajouté en déclarant que des éléments des forces de l’ordre ont attaqué de simple citoyen loin du lieu des altercations de lundi. Un homme a été blessé par balle parce qu’il portait un tee – shirt avec l’effigie de Ravalomanana.

Répondant aux accusations lancé par le ministre de l’intérieur de la HAT sur la présence de mercenaires angolais qui aident les légalistes, Alain Andriamiseza, un des dirigeants du mouvement a déclaré qu’il n’a jamais vu jusqu’à aujourd’hui un seul mercenaire. Il demande à Organèse de prouver ses dires par l’arrestation de ces mercenaires et de les montrer aux yeux de la population pour qu’elle puisse juger au lieu de proférer des mensonges.

Les partisans de la légalité se donnent rendez – vous sur la place de la démocratie mercredi.

La HCC interpellée par les élus (21 Avril 2009)

Accompagné d’un huissier, un représentant des députés et sénateurs de Madagascar est venu déposer une sommation d’interpellation au niveau de la Haute Cour Constitutionnelle. Le collectif des députés et sénateurs attend que la HCC s’exprime enfin sur les requêtes qui ont été déposées au niveau de l’institution, dont un contrôle de constitutionnalité de l’ordonnance 2009 -003 qui suspend les deux chambres. Selon l’huissier Ramamonjisoa, le Président de la HCC a déclaré que l’institution est en train de se pencher sur les dossiers et que cela nécessite une bonne réflexion. La sommation a été déposée en bonne et due forme au niveau du greffier en chef de la haute cour, les réponses sont attendues d’ici peu de temps.

Limogeage et interdiction pris en Conseil des Ministres (21 Avril 2009)

Toute manifestation publique est interdite jusqu’à nouvel ordre. La Haute Autorité de transition a décidé ce matin au cours d’un conseil des ministres de la HAT de proscrire tout mouvement de rassemblement populaire dans toute la grande île jusqu’à ce qu’elle juge la situation calme. La décision prend effet immédiatement a déclaré Monja Roindefo, particulièrement à l’endroit des manifestants de la légalité qui se réunissent depuis plus de trois semaines maintenant sur la place de la démocratie, place inaugurée par Andry Rajoelina du temps où il était encore maire de la ville pour que tous les bords politiques puissent s’exprimer ouvertement. Les forces de l’ordre vont s’assurer de l’application de la décision d’après ce qui est ressorti de la réunion.

Le conseil des ministres de la HAT de ce matin a aussi décidé le limogeage et le remplacement de quatre hauts responsables : le Préfet de Police d’Antananarivo (qui sort entre autre les autorisations de manifestation), le Directeur Général du BIANCO (bureau qui lutte contre la corruption), le Directeur Général du CIS (service d’enquête et d’intelligence) et le Directeur Général de la police nationale.

La SADC soutien LA HAT ? (21 Avril 2009)

Une délégation de la SADC est arrivée à Madagascar pour voir de près l’évolution de la situation dans le pays. Au cours d’un sommet extraordinaire au Swaziland le lundi 30 mars, les dirigeants de la SADC ont suspendu Madagascar de toutes les institutions de la communauté et a fortement condamné le coup d’Etat qui a été perpétré dans le pays. Le sommet a réclamé le retour de l’ordre constitutionnel et le départ de Andry Rajoelina de la Présidence. Le lendemain, Rajoelina a annoncé que Madagascar quitte la SADC

Face à la presse ce jour, Ny Hasina Andriamanjato, ministre des affaires étrangères de la HAT a déclaré que la délégation est venue pour rencontrer les responsables de la transition. Il a affirmé que les émissaires vont ensuite faire un rapport selon lequel la SADC est prête à soutenir la transition et que Marc Ravalomanana a menti. Il a par ailleurs prévenu toute entité qui voudrait aider militairement le pays, l’armée malagasy ne fera pas de cadeau a – t – il lancé.

Brèves du 21 avril


  • La radio Mada a recommencé à émettre après un jour de silence. Rappelons que les émetteurs de la radio et de la télévision Mada ont été enlevés manu militari dimanche dans la soirée. Ces matériels sont encore entre les mains de la HAT.

  • Les légalistes ont manifesté devant le bureau de la région de Bongolava. Des éléments des forces de l’ordre les ont attendus devant le bureau.

  • Le mouvement des légalistes a continué à Antsirabe. Aucune manifestation n’est prévue pour mercredi.

  • Le chef de région de la HAT pour la région Amoron’i Mania a pris ses fonctions ce jour. Une séance de travail a été organisée avec les chefs de service.

  • Les exilés politiques reviennent petit à petit au pays.

  • La grève de la banque centrale se poursuit.

  • La journée contre la dictature que la HAT prévoyait d’organiser demain sur la place de la démocratie est annulée.

Revue de presse du mardi 21 avril

Madagascar: la transition interdit les rassemblements publics

http://www.tdg.ch/depeches/monde/madagascar-transition-interdit-rassemblements-publics


La crise politique menace la stabilité de Madagascar‎

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2009/04/21/la-crise-politique-menace-la-stabilite-de-madagascar_1183361_3212.html


Le Monde: La crise politique menace la stabilité de Madagascar

http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/04/21/la-crise-politique-menace-la-stabilite-de-madagascar_1183361_0.html


Reuters: Marc Ravalomanana entend rentrer rapidement à Madagascar



http://fr.news.yahoo.com/4/20090420/twl-madagascar-ravalomanana-bd5ae06.html


AFP: Madagascar: la transition interdit les rassemblements publics



http://qc.news.yahoo.com/s/afp/090421/monde/madagascar_politique_s__curit___manifestation_1


AFP: Madagascar: Marc Ravalomanana assure qu'il est toujours president

http://fr.news.yahoo.com/3/20090420/twl-madagascar-ravalomanana-1be00ca.html

mardi 21 avril 2009

Forces de répression face aux manifestants légalistes (20 Avril 2009)




2 morts et 16 blessés, c’est le bilan provisoire de la répression de la manifestation des légalistes ce jour.

Après une réunion sur la place de la démocratie ce matin, les dirigeants du mouvement des légalistes ont emmené les manifestants à la Haute Cour Constitutionnelle afin d’y déposer une demande d’avis concernant la « suppression » de l’Assemblée Nationale et du Sénat. Face aux portails clos de l’institution, les manifestants ont poursuivi leur route jusqu’au tribunal à Anosy où ils allaient d’après leur programme déposer une requête pour la restitution des matériels de la radio et Tv mada démontés dimanche. Les portes du tribunal étaient aussi fermées (vers 14h 10). Tandis que les manifestants écoutaient les explications des dirigeants du mouvement, des tirs de grenade lacrymogène ont pris retenti tout près par surprise et ont fait reculer les partisans de la légalité à plus de 100 mètres du tribunal. Les policiers, gendarmes et militaires n’ont plus cessé de tirer jusque au niveau de l’hôpital HJRA où des manifestants ont trouvé refuge. Les grenades assourdissantes et les tirs effrayaient tant les riverains que les malades de l’hôpital.

Irrités, des manifestants ont riposté à coup de cailloux et ont détaché des plaques publicitaires pour se protéger. Vers 15h10, les manifestants ont fait rebrousser les forces de répressions. Les tirs ont repris et un homme tombe raide mort à l’impact d’une balle qui l’a atteint à la tête.

L’attaque des forces de l’ordre s’est poursuivie tard dans la soirée. Bilan provisoire connus, 2 morts dont l’un est un policier en tenue civile, 16 blessés dont un enfant de 3 ans grièvement blessé à la tête. La majorité des blessés a été touchée par les projectiles des forces de l’ordre. Plusieurs personnes ont par ailleurs été appréhendées. Des voitures qui étaient garées au niveau du Ministère de l’Economie ont été incendiées ainsi que le centre franco - malgache.

Les diplomates inquiets de leur sécurité (20 Avril 2009)

Le Premier Ministre Manandafy Rakotonirina poursuit les rencontres avec les membres du corps diplomatique. Au cours d’une rencontre avec la presse, le Premier Ministre a expliqué que les diplomates ont demandé à ce que les rencontres se fassent dans la discrétion parce qu’ils craignent pour leur sécurité. L’ombre de la séquestration du 17 mars dernier à l’épiscopat Antanimena plane encore dans l’esprit des diplomates d’après les explications. Face aux évènements de la journée, le Premier Ministre a appelé les militaires à cesser les violences perpétrés contre la population.

Selon lui, le problème actuel de l’autorité de la transition est sa nomination entant que Premier Ministre. Manandafy Rakotonirina d’assurer qu’un comité de vigilance pour assurer sa protection a vu le jour cet après – midi, un comité qui a été mis en place par la population.

Plus de place pour la légalité ? (20 Avril 2009)

Ambohijatovo sera désormais inaccessible pour les partisans de la légalité. L’annonce est de Monja Roindefo. Des dispositifs seront mis en place pour empêcher les légalistes de pénétrer les lieux. Selon lui, des mercenaires Angolais sont à Madagascar à la demande du mouvement d’Ambohijatovo. Lui de dire que les manifestants sont prêts à se tuer entre eux pour entacher la HAT. Selon Roindefo, ce jour, les manifestants ont forcé le tribunal.

Organèse menace les légalistes (20 Avril 2009)

Invité à la Télévision Nationale, le ministre de la sécurité intérieure de la HAT a accusé les légalistes d’avoir tenter d’attaquer et de piller la haute cour constitutionnelle, le sénat et le tribunal Anosy.

Scénario des évènements d’aujourd’hui par Monsieur Organèse : les légalistes étaient d’abord venus à la HCC dans le but d’y commettre un désordre, mais que « ses forces » ont assuré l’institution. Face à cette sécurisation, les manifestants ont poursuivi leur route jusqu’au Sénat à Anosy, actuel bureau des membres de la HAT. Ils étaient venus pour le détruire. Les légalistes sont ensuite venus au Tribunal Anosy peut être pour y demander de ne pas faire des enquêtes ou des arrestations, Ravalomanana et son ministre Haja ont été accusé par la justice à cause de leurs actions. C’était peut être leur objectif mais ils étaient vraiment venus pour détruire et pour bruler le tribunal.

Les forces de l’ordre n’ont pas tiré et si elles l’ont fait, elles n’ont pas tiré sur la population. Le policier qui est mort a été tué par un civil armé.

Organèse de conclure qu’ils (la HAT et ses forces) ne laisseront plus les partisans de la légalité manifester à Ambohijatovo et se chargeraient des récalcitrants selon l’adage malagasy « Basy atifik’havana, tsy afenina fa arangaranga ». (Une arme pour tirer sur la famille, on ne cache pas on montre visible)

BREVES (20 Avril 2009)


  • Les employés de la Banque Centrale ont repris leur manifestation devant le bâtiment de la banque ce matin. Selon eux, la grève continuera jusqu’à ce qu’ils soient assurés que les intimidations, l’utilisation de la force ou les pressions sur des employés de la banque ou de simple citoyen cessent.

  • Nouvelle semaine pour les partisans de la légalité à Antsirabe. Une manifestation a été organisée sur la place de l'indépendance

  • Les nouveaux ministres de la HAT prennent leurs postes. Passation de service au niveau du ministère de la fonction publique, du ministère de la communication et du ministère de l’eau ce jour.

  • 8 chefs de région de la HAT ont été désignés dimanche. La nomination des 14 autres est attendue cette semaine, la priorité pour ces personnes est l’organisation des assises régionales de la HAT selon Monja Roindefo.

  • Le Chef de Région de la HAT pour la région de Bongolava a été mis en place ce jour. Des partisans de la légalité ont organisé une manifestation contre la prise de fonction du chef de région de la H
    AT.

Revue de presse

Madagascar : une manifestation en faveur de l'ancien président ...
http://www.lemonde.fr/international/article/2009/04/20/un-manifestant-pro-ravalomanana-tue-a-madagascar_1183124_3210.html

Ravalomanana entend retourner rapidement à Madagascar
http://www.euroinvestor.fr/news/story.aspx?id=10324006

Madagascar: Marc Ravalomanana assure qu'il est toujours président
http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5iHtr6YnUG2dHEipHtf032cVH4s0Q

lundi 20 avril 2009

Flash - Des coups de feu ont raisonné à Anosy du côté du tribunal

Un blessé sous le choc à la HJRA

Un homme a été blessé à la tête et en est mort

 force de répression


Les légalistes étaient venus y déposer une plainte et une requête pour la restitution des matériels de la télé et la radio mada. Une marche pacifique a commencé à Ambohijatovo jusqu'à Anosy. Une porte fermée a acceuilli les légalistes à leur arrivée vers 14h40. Moins de 10 mn plus tard, des militaires et policiers sont arrivés et ont fait feu sur les manifestants. Grenades lacrymogènes et tir en l'air ont retenti et ont fait disperser les manifestants à plus de 100mètres causant la panique des riverains et des malades de la HJRA.

dimanche 19 avril 2009

Flash - TéLé et Radio Mada

D'après les témoignages de journaliste de la radio mada, des militaires sont venus vers 18 h00 pour prendre l'émetteur de la radio à Faravohitra. Il y avait des personnes qui étaient venues garder les lieux mais elles ne pouvaient rien car les militaires étaient armés. Des riverains parlent d'une situation très tendue, en ce moment, l'accès à Faravohitra est limitée.

Couple find refuge in Grand Rapids from turmoil in Madagascar

Lala and Zoe Rasendrahasina looked back with laughter when discussing the dangerous days following his arrest last month in Madagascar. She wanted to stay at home after Rasendrahasina was released. Feeling threatened, he wanted to be on the move and sought the hospitality of friends.

"So why did you come with me?" Rasendrahasina asked.

"Because you need me," his wife answered.

Now, Zoe Rasendrahasina has followed her husband to Grand Rapids where the couple have made a home away from home as they await safe return to Madagascar. Lala Rasendrahasina, president of the country's largest Protestant church, believes he can play a role in resolving a political crisis that has erupted on the island nation off the coast of Africa in the Indian Ocean.

Yet, as Zoe Rasendrahasina notes, "he's afraid."

The news he sees on the Internet "still makes me uncomfortable," he said.

"The first priority is safety and security. Without that, we cannot function properly," said Rasendrahasina, president of the Church of Jesus Christ in Madagascar. "It seems that the mayor can't control (the military leaders), or at least some of them.

"Here (in Grand Rapids), we feel kind of free and peaceful. You don't have to think that maybe the military is coming to fetch you out."

Rasendrahasina said he was detained for six hours March 17 when Madagascar's president, Marc Ravalomanana, stepped down amid a violent conflict with an opposition movement. Andry Rajoelina, the former mayor of the country's capital, has seized power with military backing.

Rasendrahasina believes he was arrested because Ravalomanana is a lay leader in his church.

"People think I'm kind of his adviser. They took me as a kind of hostage," he said. "I had to move from place to place (after my release). I didn't sleep at home. So we decided to get away from the country for awhile."

Church reaches out to family

U.S. officials granted entry and Rasendrahasina, 50, looked to Grand Rapids where he lived while studying for a master's degree that he earned in 2001 at Calvin Theological Seminary. His family, including 20-year-old son, Fitahiana, is now living in an off-campus apartment owned by the seminary and worshipping at Woodlawn Christian Reformed Church, where Rasendrahasina made connections when he was a student here.

Woodlawn members have supplied the family with food and furnishings. Fita, who attended Millbrook Christian School when his father was a seminary student, has joined the church choir and performed in a Good Friday service last week.

The family's return to Madagascar depends on how the political situation progresses.

"We'll just give him shelter until it becomes clear what is going to happen," said Henry DeMoor, a Woodlawn member and seminary vice president of academic affairs. "We'll try to take care of him, sort of treat him like a refugee for awhile. You can't be an ally of (Ravalomanana's right now) and stay free."

Church has 4 million members

Rasendrahasina first came to Calvin on the advice of a professor in Madagascar who earned the seminary's first doctorate.

He now leads a church of 4 million members with about 5,000 congregations, including pastors supportive of Rajoelina, a Catholic.

From visits to churches around the country, Rasendrahasina said he can see that "people are happy with what the (Ravalomanana) government has done." And he said some of Rajoelina's supporters are corrupt, because "when I got arrested by the military I heard them arguing in the lobby about the money they got" to undermine the government.

Still, the church makes no political statement, he said.

"We, as a church, from the beginning have tried to mediate between the two parties. The church should have a role in finding a solution," Lala said. "Whichever government will be there should correct its way of conducting its affairs.

"Because of the situation we've had now, maybe it would be better for any leader to take into account any criticism (from opposition groups). They have done that, but maybe not enough. They need such criticism to adjust their way."


E-mail the author of this story: localnews@grpress.com
by Matt Vande Bunte | The Grand Rapids Press
Saturday April 18
http://www.mlive.com/living/grand-rapids/index.ssf/2009/04/couple_find_refuge_in_grand_ra.html

Revue de presse - Marc Ravalomanana annonce son retour à Madagascar

Il veut participer à l’organisation de nouvelles élections présidentielles

Le président malgache destitué, Marc Ravalomanana, a annoncé qu’il allait retourner dans l’Etat insulaire, sous la protection de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), organisme régional composé de 13 membres.

Au cours d’un point presse, organisé le 15 avril à Mbabane, capitale du Swaziland, Marc Ravalomanana a déclaré que son retour permettrait d’engager un dialogue national avec Andry Rajoelina, qui lui a succédé à la tête d’une haute autorité de transition, dans l’espoir d’organiser des élections présidentielles d’ici à la fin de l’année 2009. Il n’a pas communiqué de date pour ce retour.

« J’ai été forcé de quitter le siège présidentiel sous la menace des armes, mais je retourne à Madagascar en paix. J’ai confiance en la SADC et suis certain qu’ils assureront ma sécurité ; je suis convaincu que cela va bien se passer », a déclaré Marc Ravalomanana à la presse.

« Seuls quelques soldats ont été mobilisés pour m’évincer du pouvoir, mais cela ne veut pas dire que l’armée entière est contre moi. Ceux qui ont exécuté le coup d’Etat sont des criminels qui ont employé des tactiques d’intimidation pour forcer les autres soldats à participer à leurs actes », a-t-il déclaré.

Le 16 février, M. Ravalomanana a également annoncé par téléphone à des milliers de ses partisans réunis dans le centre-ville de la capitale malgache avoir désigné un nouveau Premier ministre « légal », Manandafy Rakotonirina, une personnalité connue de longue date sur la scène politique malgache.

Un coup d’Etat en petit comité

Environ 150 à 200 soldats seulement étaient impliqués dans le coup d’Etat, a estimé M. Ravalomanana, ajoutant qu’il se sentait encouragé par la série de grandes manifestations organisées contre le putsch, à Antananarivo, la capitale.

« On m’a dit que les banques avaient fermé et que la situation n’était pas bonne. J’espère que les débats que nous espérons engager avec les partis politiques permettront de faire prévaloir la démocratie, et que la situation va s’apaiser », a-t-il déclaré.

« Notre Constitution devra peut-être être amendée pour pouvoir organiser de nouvelles élections cette année – bien que cela risque d’être une procédure compliquée - mais il faut qu’il y ait une démocratie à Madagascar, et non un départ forcé du pouvoir », a commenté M. Ravalomanana.

« Nous devons engager des débats avec tous les partis politiques et avec la société civile, pour former un gouvernement fondé sur le partage des pouvoirs, le temps d’organiser des élections ».

http://www.afrik.com/article16627.html

Ambohijatovo bondé (18 Avril 2009)

« Sambory TGV – sambory TGV » (arrêtez TGV – arrêtez TGV) a scandé la foule réunie en masse ce jour sur la place de la démocratie. La demande est arrivée aux oreilles des responsables a répondu Constant Raveloson. La place d’Ambohijatovo a accueilli ce samedi plusieurs dizaines de milliers de partisans de la légalité.

Outre les consignes d’arrêt de travail et de blocage de l’appareil administratif pour lundi, les discours des dirigeants de la manifestation de ce jour ont été surtout marqués par un rapport des évènements qui s’étaient déroulés dans la matinée, la rencontre entre le Premier Ministre et l’Ambassadeur Français ainsi que la présence des militaires à l’hôtel Carlton où se réunissent les légalistes. La situation de ce matin a montré que la confrontation avec les militaires peut être évitée d’après Constant Raveloson.. Les militaires ont le droit et le devoir de refuser un ordre si l’ordre est une entrave aux institutions constitutionnelles.

Par ailleurs, des précisions ont été apportées à la presse selon lesquelles l’Etat légal est représenté à Ambohijatovo et la HAT est une force d’opposition non démocratique mais insurrectionnelle.

La femme du Premier Ministre était passée à Ambohijatovo pour saluer les manifestants et les encourager pour le succès de la manifestation. Canon antiaérien ou blindé, le Président Ravalomanana reviendra a souligné Constant Raveloson.

Visite de courtoisie (18 Avril 2009)

Andry Rajoelina est actuellement à Toamasina. Dans son discours face à la population, il a déclaré que les informations selon lesquelles les riz vendus par son gouvernement actuellement à 500 ariary le kilo sont des produits qui ont été pillé à TIKO ne sont que des rumeurs, que ce sont des riz importés. La provenance de ce riz a toujours été au centre des débats depuis sa mise en vente. Le discours de Rajoelina était plutôt orienté vers la situation sociale mais la question politique a fait l’objet de revendication de la population. Des banderoles demandant une amnistie totale pour les détenus politiques ont été aperçues dans les rues de la ville.

Brèves


  • Des gendarmes ont poursuivi des jeunes gens qui tournaient autours d'un 4x4 plein d'hommes en tenue militaire armés de kalach aux environs de l’hôtel Carlton. Le 4x4 était stationné devant la bibliothèque nationale. Le camion de gendarme est arrivé vers 15h40, des tirs ont raisonné.

  • Les huissiers titulaires de charge déplorent le comportement de certains huissiers provisoires qui profitent de la situation actuelle du pays pour provoquer et manipuler l’opinion de la population. Les huissiers malgaches célèbrent cette année le 50ème anniversaire de leur existence.

  • Le SEFAFI a sorti son 7ème recueil, une compilation des communiqués de l’observatoire pour l’année 2008. Le recueil porte le titre « A qui appartient l’Etat. »

  • Un nouveau responsable a été désigné à la tête de l’université d’Antananarivo. Le comité ad hoc de l’université a ainsi été dissout.

  • Les représentants de la HAT n’ont pas participé à une émission débat organisée par une chaîne privée vendredi. Ils ont été attendus près d’1h30 d’après un des participants.

Lettre du pasteur Lala Rasendrahasina (traduction libre)

J’écrits cette lettre et demande à vous amis de diffuser ce qui suit à tous ceux que vous pouvez.

L’AVI a déclaré que c’est moi qui ai apporté à Antanimena l’ordonnance de Ravalomanana qui a mis en place le directoire militaire. Pourquoi Ratsirahonana Norbert et l’AVI mentent importunément. Je n’étais même pas au courant de ce directoire militaire ni la raison de la réunion à Antanimena cet après – midi du 17 mars 2009. J’étais à table avec mes enfants quand Odon Razanakolona m’a appelé à 12 h30 (17 mars 2009) pour me dire que l’ONU demande à rencontrer le FFKM (Je dis bien le FFKM) pour une affaire urgente, le rendez – vous est à Antanimena à 13h. Quand je suis arrivé quelques instants après l’heure convenue, il m’a dit que la réunion est reportée à 15h parce que l’ONU est encore avec le Président Ravalomanana. A 15h j’étais étonné de voir qu’il n’y avait pas que nous, du FFKM, qui étaient à Antanimena mais également ceux de l’opposition (dont Ratsirahonana), du CAPSAT et du TGV.

Il n’y avait pas de représentants de la mouvance présidentielle. L’ambassadeur Américain était aussi présent (et m’a chuchoté dans le couloir que le Président Ravalomanana a démissionné ou qu’il a transféré le pouvoir au militaire. C’est une manière élégamment diplomatique selon lui mais la signification est qu’il a démissionné) et l’Afrique du Sud, Dramé de l’ONU et d’autres encore étaient aussi présents. Je ne vais plus revenir sur l’histoire c’est ce qui s’est passée… Comment l’AVI peut dire que j’ai emmené l’ordonnance avec l’ONU et l’Américain etc ? Ce sont des mensonges qu’on peut prouver…

Aussi, très chers amis il est nécessaire de faire ce démenti à mon nom, ou à tous ceux que vous connaissez et qui pourront le faire. Parce que Ratsirahonana et l’AVI essaient maintenant de se blanchir parce qu’ils s’aperçoivent que l’histoire est en train de changer.

Lala Rasendrahasina
Président FJKM

Taratasy avy any amin’ny Pasitera Lala Rasendrahasina

Manoratra ho anareo aho ary miangavy anareo namana mba hanaparitaka izao resaka izao amin’ ny rehetra izay azonareo havaovana izany:

Ambaran’ ny AVI fa izaho no nitondra ny taratasy ordonnance avy amin-dRavalomanana manendry ny directoire militaire teo Antanimena. Nahoana no dia manao lainga marivo tototra tahaka izany Ratsirahonana Norbert sy ny AVI. Izaho aza tsy nahafantatra akory fa momba izany directoire izany no antony hivoriana tao Antanimena tamin’ iny 17 Martsa 2009 tolakandro iny. Eo am-pisakafoana antoandro amin’ ny 12.30 antoandro (17 Martsa 2009) izaho sy ny zanako no niantso ahy i Odon Razanakolona ka nanao hoe mangataka hihaona amintsika FFKM (averiko tsara amintsika FFKM) ny ONU fa misy zavatra maika ka dia ao Antanimena no fotoana amin’ ny 1 ora tolakandro. Rehefa tonga teny aho taoriana kelin’ ny fotoana nomeny dia nilaza indray izy fa nahemotra amin’ ny 3 ora tolakandro ilay izy fa mbola any amin’ ny Filoha Ravalomanana ny ONU. Rehefa tonga ny tamin’ ny 3 ora tolakandro dia akory ny hagagako fa tsy izahay FFKM ihany no tao Antanimena fa ny avy amin’ ny opposition samihafa (isan’ izany Ratsirahonana), ny Capsat, ary TGV.

Tsy nisy solontenan’ ny mouvance présidentielle kosa teo anefa!!! Teo koa ny Ambasadaoro Amerikana (izay nanao tsilian-tsofina tamiko teo andalantsara fa nametra-pialana ny Filoha Ravalomanana na dia famindram-pahefana amin’ny miaramila aza hoy izy io nataony io. Fomba mihaja diplaomatika ihany io hoy izy fa fametraham-pialana no dikany) sy Afrikana Tatsimo ary ny ONU Dramé sy hafa koa. Dia tsy tohizako intsony ny tantara fa iny nitranga iny… Koa nahoana no lazain’ ny AVI aho fa niara-niitondra ilay taratasy ordonnance iny niaraka tamin’ ny ONU sy ny Amerikana sns? Tena lainga marivo tototra izany ary misy porofo…

Ka dia ilaina ny manao démenti amin’ ny anarako avy aminareo namana, na izay fantatrareo fa afaka manao izany. Miezaka manadio tena mantsy Ratsirahonana sy ny AVI-ny fa hitany fa mitady hivadika ny tantara.

Lala Rasendrahasina
Filoha FJKM

Tentative d'arrestation avortée (18 Avril 2009 - mise à jour)

Tentative d'arrestation avortée (18 Avril 2009)

Vers 9h30 ce matin, des militaires armés se sont déployés autours de l'hôtel Carlton où le Premier Ministre est installé. D'après les informations sur place, ils étaient venus pour procéder à l'arrestation des dirigeants du mouvement légaliste. Des éléments militaires sont entrés dans le hall de l'hôtel et ont jeté un coup d'œil et ont quitté les lieux. D'après ce qui a été entendu, ils avaient en leur possession un mandat de perquisition mais le responsable de l'hôtel était absent.

Vers 10h30, les militaires qui ont encerclé l'hôtel ont quitté les lieux. La raison du départ est inconnue mais les informations parlent d'un départ poussé par une arrivée massive de légalistes.

Quelques minutes après en effet, des milliers de légalistes sont arrivés devant l'hôtel. Constant Raveloson est descendu rencontrer les manifestants pour
leur expliquer la situation. «Si des militaires veulent nous arrêter qu'ils viennent nous parler »; a - t - il lancé. Les dirigeants du mouvement ont ensuite pris la tête des manifestants pour rejoindre Ambohijatovo.

samedi 18 avril 2009

Coup de feu à ampefiloha à 15h48

des gendarmes ont fait des tirs en l'air et ont poursuivi des jeunes gens qui tournaient autours d'un 4x4 plein d'hommes en tenue militaire armés de kalach

Premier Ministre reconnu (18 Avril 2009)

L'ambassadeur français Jean Marc Chataigner a rencontré le Premier Ministre Manandafy Rakotonirina. Une rencontre qui a duré 20 minutes environ. Selon Raveloson Constant, devenu porte parole du Premier Ministre, le President Français ne reconnaît que Marc Ravalomanana comme Président. La rencontre a satisfait les deux hommes. Manandafy Rakotonirina reçoit petit à petit la reconnaissance de la communauté internationale. Plusieurs rencontres sont prévues dans son agenda, entre autre avec l'ambassadeur américain, la SADC, l'ambassadeur britannique.

Flash - 18 avril

- Le PM a reçu l'ambassadeur français. L'hotel Carlton est encerclé par des militaires armés

- Des partisans de la légalité sont descendus au Carlton vers 10h30 et y tiennent actuellement un sit in. Constant Raveloson a expliqué au manifestant la situation et a parlé de la rencontre entre le PM et l'ambassadeur français et celle de cet après midi avec l'ambassadeur americain. Lui de declarer que si des militaires voulaient les arrêter ils devraient venir leur parler

Priorité à la sécurité du Président (17 Avril 2009)

Une nouvelle mission attend les légalistes. Le plus important est d’assurer la sécurité et l’accueil du Président Ravalomanana selon Raveloson Constant. D’après ce qui a été dit à Ambohijatovo, la sécurité de ce dernier est menacée, un canon anti – aérien a été installé au niveau du bout de piste à Ivato, des proches du Président sont victimes de menaces et d’intimidation.

Concernant la nomination du Premier Ministre, c’est une étape franchie pour les partisans de la légalité. Les légalistes attendent de la communauté internationale une action. D’après les explications de Constant Raveloson, la légalité est en place, la population va juger qui soutient le coup d’Etat commis dans le pays par un semblant de retour à l’ordre constitutionnel en organisant des élections rapides et qui soutient vraiment la légalité. Le Premier Ministre va rencontrer les différents ambassadeurs et représentations internationales. D’après les informations, il rencontrera l’ambassadeur français demain.

La mise en place du gouvernement légal permettra d’assurer aux militaires, gendarmes et policiers qui détient vraiment le pouvoir selon la constitution. La signature du gouvernement légal est la seule valable. Selon les discours tenus sur la place de la démocratie, la Haute Cour Constitutionnelle est actuellement en train de prendre sa responsabilité.

Pour Rakotoamboa Jean Louis, les partisans de la légalité vont aussi préparer comment placer les nouveaux membres du gouvernement légal. Des mesures radicales doivent être étudiées pour enlever les usurpateurs qui ont pris les sièges du pays a-t–il conclu.

Histoire à la Primature (17 Avril 2009)

Charles Rabemananjara, ancien Premier Ministre est passé à Mahazoarivo ce matin pour dire au revoir et remercier ses anciens collaborateurs. Selon Monja Roindefo, la passation de service a commencé depuis le 1er avril. L’occasion a été saisi par ce dernier d’accuser le Premier Ministre Manandafy Rakotonirina et le Président Ravalomanana d’usurpation de titre, d’usage de faux et d’escroquerie. Monja Roindefo de déclarer qu’il ne permettrait pas à Manandafy Rakotonirina de s’installer à Andafiavaratra.

Grève illimitée à la BCM (17 Avril 2009)

La grève au niveau de la banque centrale est illimitée selon le représentant du personnel en grève. La grève continue jusqu’à ce que les revendications soient satisfaites. Rappelons que depuis hier, les employés de la banque ont repris leur sit – in devant le bâtiment de la banque. La raison est l’insatisfaction face aux réponses de la HAT. Toujours selon le représentant du personnel, la HAT n’a pris en compte qu’une seule des revendications des employés. Une seule réponse ne garanti pas la sécurité des employés selon les grévistes.

Tout près, une partie des employés du trésor a commencé une grève ce jour pour renforcer la grève des employés du ministère des finances.

vendredi 17 avril 2009

Brèves


  • La HAT a annulé les droits de visa pour les touristes. Une mesure qui intervient moins d’une semaine du discours pascal de Andry Rajoelina qui parle d’une augmentation des impôts et de caisses vide de l’Etat.

  • Remaniement au niveau de la HAT. Moins d’un mois après sa nomination, le ministre du tourisme de la HAT a été transféré à la communication. De nouveaux ministres ont été nommés.

  • Pierrot Rajaonarivelo, Secrétaire nationale du parti AREMA, un des exilés politiques débarquera au pays la semaine prochaine.

  • Antsirabe : Les opposants à la transition ont effectué un sit-in devant le bâtiment de la direction régionale de la santé

Françafrique

pense à ton pays

Un Premier Ministre d’ouverture (16 Avril 2009)

Manandafy Rakotonirina a été nommé Premier Ministre. La lecture du décret de nomination a été effectuée ce matin sur la place de la démocratie et a reçu l’acclamation des milliers de personnes venues soutenir en masse le mouvement pour le retour de la légalité. D’après les explications du nouveau Premier Ministre, il a été proposé par les députés et les sénateurs et a reçu l’adhésion du Président Marc Ravalomanana. Ce dernier a confirmé la nomination de son Premier Ministre au cours d’une intervention téléphonique en direct, «nous espérons tous qu’il accomplira la fonction à laquelle il est désigné » et la mise en place d’un gouvernement d’ouverture. Il a en outre annoncé la venue prochaine d’une importante délégation de la Libye, de la SADC et de l’UA. Le matin, avant de joindre la place de la démocratie, Manandafy Rakotonirina avec une délégation étaient passés à la Haute Cour Constitutionnelle pour y déposer l’ordonnance 2009 – 002 portant abrogation de l’ordonnance 2009 – 01 qui a institué le directoire militaire. Durant cette visite, selon Manandafy Rakotonirina, la HCC a confirmé qu’aucun décret ni arrêté n’annonce ni la suspension ni la dissolution des deux chambres, donc les députés et les sénateurs sont toujours en fonction. L’assemblée nationale et le sénat vont être repris par leurs occupants. Manandafy Rakotonirina a annoncé « ce que nous allons faire maintenant c’est de ramener les députés à Tsimbazaza et de reprendre la maison de verre à Anosy pour y remettre les sénateurs ». Le nouveau Premier Ministre a par ailleurs appelé la communauté internationale à une rencontre demain matin et a invité les opérateurs économiques à le rencontrer vendredi dans l’après – midi à Andafiavaratra, le nouveau siège du gouvernement. Il a mis en garde les militaires qui menacent d’arrêter Constant Raveloson, un des dirigeants du mouvement de la légalité. Au cours d’une conférence de presse, Monsieur Manandafy a déclaré qu’il est aussi chargé de la défense nationale, donc le responsable de l’Etat - Major. Un colonel a été aperçu avec Manandafy à Ambohijatovo.

La HCC, une autre étape (16 Avril 2009)

Plus de 2000 femmes ont effectué une marche pacifique ce jeudi matin. Muni de fleur et en chanson, le mouvement s’est dirigé à la Haute Cour Constitutionnelle pour y déposer une requête. Selon Madame Hanta, le président de la HCC s’est dit disposé à consulter les dossiers déposés. Dossiers qui relatent l’aspiration du mouvement à un retour de la constitutionnalité. Les femmes légalistes sont ensuite passées à Analakely pour démontrer leur force avant de rejoindre le mouvement d’Ambohijatovo. Dans son discours, Madame Hanta a réitéré son appel à la communauté internationale de suspendre tous les projets qui tendraient à soutenir indirectement la HAT. Les projets humanitaires peuvent passer à travers les ONG ou associations sociales sans que cela passe par le semblant de gouvernement qui existe actuellement, selon toujours cette porte – parole du mouvement des femmes légalistes.

Médias sous tension (16 Avril 2009)

Dans un communiqué, des employés des chaînes radio – télévisées publiques dénoncent les menaces et intimidations dont est victime le personnel. Selon ces employés qui se disent majoritaire, la corruption et l’anarchie règne au niveau des chaînes publiques. 200 millions d’ariary du budget de l’ORTM ont été dépensé en une semaine ont déploré ces employés. La déclaration selon laquelle la radio et la télévision nationale ne seraient plus biaisées mais seront des chaînes objectives n’est pas respectée, que le professionnalisme des employés est bafoué. Deux jours maintenant, le mouvement des légalistes n’est plus diffusé sur les chaînes nationales. Par ailleurs, le ministre de la technologie de la HAT a déclaré ce jour que des chaînes diffusent illégalement et doivent fermer. La loi sur la communication sera modifiée.

Brèves

 
  • Le personnel de la banque centrale est de nouveau en grève. Une partie des employés a effectué un sit in devant le bâtiment à Antaninarenina pour dénoncer les entraves au bon fonctionnement de la banque.
  • Des chauffeurs des ministères ont été mis en congé forcé parce qu’il n’y a plus de carburant pour plusieurs ministères.
  • Le parti MONIMA a manifesté son soutien à la HAT. Le président du parti a déclaré devant la presse ce matin que la HAT est légale et a condamné toute intervention étrangère dans les affaires de Madagascar
  • Andry Rajoelina a reçu quelques représentants du secteur privé. L’objectif de la rencontre, définir un plan de relance économique
  • Antsirabe : Les opposants à la transition ont effectué une marche pacifique vers les bureaux du trésor pour sceller les portes
  • Toamasina I : les partisans de la transition ont effectué une marche de la victoire suivie d’un meeting devant le bâtiment de la province.
  • Le parti AREMA demande une amnistie générale et le retour des exilés politiques. L’AREMA propose à la HAT de scinder l’autorité en deux organes : exécutif et contrôle.
  • Une passation a eu lieu au niveau du ministère de la fonction publique entre l’ancien ministre et le ministre par intérim de la HAT.

Communiqué - TVM-RNM- DIT (traduction libre)

La dictature et la censure reignent au niveau des chaînes publiques Nous, employés des stations radio – télévisées publiques qui soutiennent la légalité, déclarons que les annonces selon les quelles les informations de la RNM et de la TVM, face à la situation que vit le pays actuellement, ne seront plus biaisés ne sont que des paroles en l’air. Les employés qui font leur travail sont humiliés parce que les informations qu’ils recueillent, se rapportant au soutien de la légalité, ne sont pas diffusées. Le professionnalisme des employés et entreprises publiques n’est pas respecté. Les dirigeants actuels sont des beaux parleurs, des journalistes sont mis à l’écart, diffamés et piégés. La corruption, l’anarchie et l’utilisation de l’argent prennent de l’ampleur. Les dirigeants légaux se plaignent parce qu’ils sont victimes de menaces dans la gestion des chaînes audio – visuels en général. Il y a maintenant une distorsion interne entre les employés, cela n’a jamais existé auparavant. Les employés ECD (RNM – TVM – DIT) craignent qu’ils ne perçoivent plus leur salaire pour le mois de mai et suivant. Nous déclarons qu’en trois semaines, 200 millions d’ariary ont été dépensé dans le budget de l’ORTM. Nous insistons particulièrement sur la mobilisation de 10 millions d’ariary par la HAT pour la diffusion en direct de la manifestation à Mahamasina, et que c’est à une chaîne privée qu’elle a confié le travail. Les stations radio – télévisée publique réclament le respect du professionnalisme des employés. Nous demandons la remise en état dans les plus brefs délais des bâtiments de la RNM, TVM et DIT. La majorité des employés de la RNM, TVM et DIT manifestent leur appui aux fonctionnaires qui soutiennent la légalité.

Fanambarana - TVM, RNM, DIT

MIHATRA NY JADONA SY NY FANAMPENAM-BAVA AMIN’NY HAINO AMAN-JERIM-PANJAKANA (TVM-RNM- DIT) Izahay mpiasan’ny haino aman-jerim-panjakana manaraka ny ara-dalàna dia milaza marin-drano fa kobaka am-bava ny filazana fa tsy hitongilana ny filazam-baovao ao amin’ny RNM sy TVM, manoloana ny toe-draharaha eto amin’ny firenena. Voahoso-potaka ho tsy manao ny asany ireo mpiasa manatanteraka izany an-tsirapo satria tsy havoaka akory ny vaovao angoniny momba ny fanohanana ny ara-dalàna. Very noho izany ny maha-matihanina ny mpiasa sy ny orinasam-panjakana. Mpitari-bato vilam-bava ny mpitantana amin’izao fotoana izao, misy ny fanilikiliana sy fanosoram-potaka sy ny famandriana ny mpanao gazety manangom-baovao. Miha-mahazo vahana ny kolikoly, manjaka ny gaboraraka amin’ny fampiasam-bola. Velo-taraina ny mpitantana ara-dalana, fa voan’ny fandrahonana samihafa mba hanaovana ny asa ratsiny, eo amin’ny fitantanana ny haino aman-jery amin’ny ankapobeny. Misy araka izany ny fizarazaran’ny mpiasa izay tsy mba nisy izany teo aloha. Mitaintaina ny mpiasa ECD , (RNM-TVM-DIT) fa tsy handray ny karamany manomboka volana Mey 2009 hoavy io. Ambara fa tao anatin’ny telo herinandro dia efa ho roanjato tapitrisa ariary ny vola lanin’izy ireo tao amin’ny teti-bolan’ity ORTM ity. Asongadina amin’izany ny fakana vola folo tapitrisa ariary nataon’ny HAT mba hampitana mivantana ny zava-nisy teny Mahamasina , nefa Televiziona tsy miankina iray no nasainy nanao izany. Noho izany dia mitaky ny haino aman-jerim-panjakana mba ho hajaina ny maha-matihanina ny mpiasa. Takiana ny fanarenana ao anatin’ny fotoana fohy ny trano fiasan’ny RNM sy ny TVM ary ny DIT. Maneho ny firaisan-kina amin’ny Mpiasam-panjakana manohana ny ara-dalàna ny mpiasa maro ao amin’ny RNM sy TVM ary ny DIT.

jeudi 16 avril 2009

Marc Ravalomanana Chef Légitime du pays (15 Avril 2009)



Le Président Marc Ravalomanana a assisté à un sommet de l’Union Africaine la semaine dernière en Ethiopie. De nombreuses consultations ont été effectuées durant le sommet au cours des quelles l’Union Africaine a réitéré son plein soutien aux décisions de la SADC de ne pas reconnaître Andry Rajoelina. L’Union avec d’autres organisations dont les Nations Unies et l’Union Européenne ont estimé que Marc Ravalomanana est le chef légitime de Madagascar. Au cours d’une conférence de presse tenue hier, le ministre des affaires étrangères, Dlamini a déclaré que les organisations vont travailler en étroite collaboration dans les efforts pour rétablir le Président Ravalomanana au pouvoir.

La seule solution est le départ de Rajoelina (15 Avril 2009)

Les appels à la communauté internationale se renforcent à Ambohijatovo. Les ambassades étrangères devraient prendre des mesures pour le retour de la légalité sinon le coup d’Etat commis par la HAT (haute autorité de transition) deviendrait un model pour d’autres pays selon les légalistes. Un appel qui a été renforcé par le mouvement des femmes qui invite la communauté internationale à suspendre tous les projets à Madagascar.

Andry Rajoelina a pris le pouvoir par des actes de voyous ont dénoncé les partisans de la légalité. Une vidéo sur la prise de l’épiscopat Antanimena le 17 mars dernier, a été diffusée sur une station privée, et montre bien quelles sont les exactions commises par Rajoelina et ses compères. Par ailleurs, c’est par une simple lettre qu’il a fait reconnaître à la haute cour constitutionnelle que le pouvoir Ravalomanana n’existe plus et c’est aussi par une simple lettre que la HCC lui a répondu et a fait la constatation. Andry Rajoelina n’est qu’un simple citoyen a lancé Raveloson Constant, la HCC a enfreint l’article 6 de la constitution (art 6 : La souveraineté appartient au peuple, source de tout pouvoir, qui l’exerce par ses représentants élus au suffrage universel direct ou indirect ou par la voie du référendum. Aucune fraction du peuple, ni aucun individu ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté.). Ce que Rajoelina a fait n’est pas digne du 3ème millénaire. Aussi, aucun outrage n’a été commis sur la place d’Ambohijatovo a poursuivi Ravelson Constant, répondant à une déclaration de Madame Michèle Ratsivalaka mais peut être qu’il y a une angoisse, une impuissance intellectuelle du côté de la transition. La seule solution est que Rajoelina quitte le pouvoir.
 
http://www.nivapas.com Annuaire
nivapas